Il y a quasiment 50 ans, les 3 & 4 août 1972 , 8000 personnes déferlèrent sur le petit village de Bagas , pour le Bagas Cheap Festi...

    Il y a quasiment 50 ans, les 3 & 4 août 1972, 8000 personnes déferlèrent sur le petit village de Bagas, pour le Bagas Cheap Festival !
    Beaucoup ayant confondu cheap et free, ce festival fût un gouffre financier, mais un grand souvenir musical pour les spectateurs.
    Samedi 2 octobre 2021, je vais à Biganos, écouter Magma que j'avais vu à Bagas...49 ans plus tôt.


WOODSTOCK SUR DROPT... OU LE FAMEUX BAGAS CHEAP FESTIVAL ! 

Pas la peine de chercher Bagas sur une carte de France standard, on ne trouve cette localité située à sept kilomètres de La Réole que sur un plan IGN détaillé. Ce paisible petit village fier de son moulin du XIVe siècle a désormais son Woodstock ! La petite centaine de Bagassons (nom des habitants de Bagas) se réveillèrent le matin du 5 août 1972 avec une gueule de bois inhabituelle. Normal, ils venaient de subir le premier festival de pop music dans l'histoire de l'Entre-deux Mers et n'avaient pas dormi depuis deux nuits ! Deux jeunes Bordelais alors âgés de 17 et 19 ans, François Renou et José Ruiz, étaient à l'origine de l'exploit. Avec Kina de Staphiro, leur groupe de rock devenu association (KDS), les deux intrépides organisèrent les 3 et 4 août 1972 le Bagas Cheap Festival, dans un champ situé précisément sur la petite commune de Camiran, au bord du Dropt.
Ce pré, appartenant à un médecin local, le docteur Barry, était censé accueillir une bonne partie des groupes stars de la pop anglaise et française de l'époque. Jugez du peu !, Magma, Gong, Lard Free, Catherine Ribeiro+Alpes, Barricade, Matching Mole, Gong, Pretty Things, Pete Brown (parolier de Cream), Stud (ex-Taste et Family), Red Noise (groupe de Patrick Vian, fils de Boris), plus les groupes locaux Lucy Dans Le Ciel, Salty Dog, Stradyvarius... le tout pour un prix d'entrée dérisoire de 15 francs ! Ceux qui ne vinrent pas furent remplacés. L'affiche annonçait en outre un festival de light shows.. et des séances de yoga gratuites (sic!). L'événement fut réalisé, on s'en doute, avec les moyens du bord et quelques sponsors comme la société Entrepose qui procura les échafaudages et les planches de la scène. En outre, d'autres comparses aidèrent à l'entreprise, notamment Jean-Pierre Marchive (qui créa la librairie Imagine...), les techniciens de Sigma et certains musiciens de Stradivarius…

Le chantier fut pharaonique et digne du meilleur Pieds Nickelés ! Pour commencer, la fameuse scène fut bel et bien livrée... mais en kit ! À un jour à peine du coup d'envoi, ce fut une gageure de la monter, d'autant plus que l'équipe n'avait loué un camion que pour une journée seulement et dut étendre plus de six cents boulons, clavettes et tubes sur l'herbe du champ afin de pouvoir ramener le véhicule à temps... Un vrai Meccano sans mode d'emploi !     Mis à part deux projecteurs de piste d'aérodrome disposés sur les bords de scène, l'éclairage n'avait pas été prévu. Compatissant, le groupe Gong prêta gentiment ses projecteurs pour la deuxième soirée. L'entreprise est un véritable succès pour les 8 000 personnes présentes, mais une véritable galère financière... Seulement 1 500 entrées payantes enregistrées au camion qui servait de guichet ! Le terrain n'avait pas été véritablement isolé : seul un fossé et le Dropt, petite rivière locale, délimitaient le champ. On dut louer un bulldozer et une pompe pour remplir les fossés d'eau, pensant ainsi ralentir l'assaut des resquilleurs... Peine perdue ! Le fossé en question, qui ne mesurait qu'un mètre cinquante, fut un jeu d'enfant à enjamber. Parade improvisée : des rouleaux de carton furent achetés dans une quincaillerie de La Réole et disposés en catastrophe en guise de barrière ... Ces fragiles remparts finirent en feux de joie pour chasser l'humidité et les moustiques à la tombée de la nuit. Les problèmes techniques s'accumulèrent.
Plus un seul hôtel n'était disponible à moins de 50 kilomètres, et certains groupes, comme Barricade, furent mécontents et le firent bruyamment savoir.

L'aventure fut belle pour le public présent qui en garde encore un souvenir nostalgique. Resteront quelques moments mémorables, comme l'arrivée des Pretty Things en Bentley blanche, accompagnés de Giorgio Gomelsky, alors producteur des Rolling Stones et des Yardbirds... Cependant, le bouillon qui restait à boire n'était pas un simple tourin. Le déficit fut colossal pour l'époque, les parents de nos deux lascars doivent rembourser les premières dettes. Le coût publicitaire fut conséquent et l'imprimeur.... eut quelques soucis à se faire régler. José fut d'ailleurs interpellé par celui-ci lors d'une manif contre la Loi Debré quelques mois plus tard. Quant à José et François, ils arrêtèrent là leur brève carrière d'organisateurs, du moins de cette ampleur, car ils créèrent quelque temps plus tard Disco Light, un spectacle mobile de light show sonorisé pour combler le trou financier... Bordeaux Rock(S) - Denis Fourquet   


Photo Jean Pierre Tessier

 

Où étiez-vous les 3 et 4 août 1972 ?

    Et quelle était votre coupe de cheveux ? A ces dates, le petit village de Bagas (200 habitants) entre Sauveterre et La Réole, accueillait un événement que les commentateurs qualifiaient immédiatement de «Woodstock-sur Dropt» : le Bagas Cheap Festival, premier festival de musique pop en Entre-Deux-Mers, à l'initiative de deux jeunes gens de 17 et 19 ans qui ont depuis fait carrière, François Renou (fondateur de Clubs & Concerts) et José Ruiz (les Stilettos, France Bleu Gironde, Spirit...)     8000 personnes étaient venues applaudir Catherine Ribeiro, Magma, Gong, Pretty Things, et de nombreux autres. Mais comme il n'avaient pas tous payé l'entrée, il n'y eut pas de 2e édition...

Sud Ouest 2012-01-21


2CV, 3CV,  R4, tentes canadiennes, à gauche la tour du Dr Barry-  Photo JP Tessier





Quarante ans plus tard 
Par Christophe Loubes   Sud Ouest Publié le 19/10/2012
    A 40 ans d’écart il est toujours là : José Ruiz était, avec François Renou, l’un des deux organisateurs du Bagas Cheap Festival, premier festival pop en Aquitaine, en 1972. Et le 22 septembre dernier c’est en tant que président de l’association Bordeaux Rock, organisatrice du festival du même nom, qu’il était au palais des sports de Bordeaux.
    Des galères, toujours, mais toujours de la passion pour une musique qui, si elle n’est plus vraiment la même, continue malgré tout à donner envie de vivre à des milliers de personnes : Il y avait là de quoi justifier un documentaire.
    Coproduit par France Télévision et le Bordelais Jean-Marie Bertineau, il s’appellera « On rêvait d’un festival ». Durée : 52 minutes, dont une trentaine issues d’archives privées ou de journaux TV de l’époque et jamais revues depuis. On pourra le voir en avant-première lors du festival du film d’histoire de Pessac.
Une quête pour EDF
    Le réalisateur Thierry Bœuf a certes suivi José Ruiz à Bagas, 40 ans après, ou à Marmande pour Garorock, mais tous deux sont aussi allés à Uzeste, chez Bernard Lubat
    C’est que le lien entre ces différents événements tient moins aux musiques qui y ont été jouées qu’aux gens qui les ont programmées. Et surtout aux contextes dans lesquels ils l’ont fait. « En 1972 on avait 19 et 17 ans, François et moi, se souvient José Ruiz. On a fait les choses sans se poser de questions, simplement parce que c’était la seule façon d’arriver à voir les groupes qu’on avait envie de voir : Magma, les Pretty Things, Gong… »

     La suite relève de la légende. Ou du folklore : Les barrières en carton et les fossés remplis d’eau ne retiennent pas le public plus d’une heure. Le champ de Bagas où le festival a lieu est envahi de resquilleurs. Les managers des groupes réquisitionnent la caisse afin de récupérer le peu d’argent qui peut encore rentrer. « Et dès le premier jour il a fallu organiser une quête pour payer l’électricité qu’EDF menaçait de couper », rigole, aujourd’hui, José Ruiz, qui a dû à l’époque quitter la fac et travailler, afin de payer l’énorme ardoise qui restait après le festival.

« Métro, boulot, festivo »
    Reste qu’entre les Pretty Things arrivant en taxi anglais et en manteaux de fourrure en plein mois d’août et les gendarmes débarquant, non pas pour canaliser les festivaliers, mais pour éviter que les paons de la propriétaire du champ ne gênent les musiciens, le Bagas Cheap Festival reste comme une hallucination d’un autre temps. « A l’époque on avait une manière assez insouciante de voir les choses, déclare en écho Patrick Duval dans le documentaire. Aujourd’hui il n’y a plus de place pour ça. »
    Méthodique, programmant des artistes un an à l’avance, respectant scrupuleusement des normes de sécurité drastiques et utilisant l’informatique ou les talkie walkies, un festival comme Garorock appartient en effet à un autre monde. Professionnel. Trop, estime Jean-Michel Lucas, ex-directeur régional des affaires culturelles, qui parle de « métro, boulot, dodo, festivo ». « Mais quand on a tourné aux Francofolies on a quand même rencontré beaucoup de jeunes enthousiastes, souligne Thierry Bœuf. À tort ou à raison ? Je n’ai pas de réponse. »
    Un nouveau BCFest, commémoratif, est prévu pour les 40 ans de l'événement, les 3 et 4 août 2012.

Le Bagas Cheap festival, prend des airs de fiasco.

    Selon Actuel, seuls Magma et Gomelsky sont payés, ce qui énerve Barricade II qui quitte les lieux après avoir giflé un organisateur... Sur le chemin du retour, leur camion finit contre un arbre. C'est peut-être cet épisode qui leur inspira une parodie de Magma intitulée Mekanik Depannajh Desvoitürh ! 


Magma

Magma_(groupe)

LA CRÉATION DE MÉKANİK DESTRUKTĪW KOMANDOH À BORDEAUX 

    Après la destruction presque totale de la Terre, la menace perpétuelle de l'extermination de l'Homme par l'Homme a conduit la civilisation terrienne au temps de la Haine. 

La voix d'un homme de Kreunbohrman s'élève. Pourvu de moyens de perception extraordinaires mais néanmoins issu de la race humaine, il a atteint un haut degré de conscience. Ayant pu percevoir la destinée néfaste de son temps, il essaie d'en amorcer la déroute. C'est un Prophète. Mais la puissance et la détermination de ses propos effraient les Terriens. Ceux-ci virent en lui un tyran, commencèrent à le craindre puis à le haïr. Ils décidèrent de l'anéantir en organisant une révolte contre lui. Les chants des guerriers accompagnent la Marche de la Mort. 

Pendant cette longue Marche, une voix se fait entendre : celle de la Conscience de l'Univers qui provoque le doute dans leur esprit. Mais la Haine s'accroche à son œuvre. Alors la Conscience de l'Univers emploie de plus en plus de stratagèmes pour les convaincre de suivre ce véritable Guide. Finalement, un Terrien avoue avoir été touché par l'Esprit de l'Univers et crie aux autres : - il m'a souri Dondaï ! Il m'a souri Dondaï !   

Ainsi débutait le troisième mouvement de Theusz Hamtaahk, extrait de l'œuvre ô combien zerebrahl du « Grand Prophète Nebehr Gudahtt qui a pu le concevoir dans son infinie sagesse ». 

Christian Vander et ses nouveaux disciples kobaïens vinrent parachever ici, à Bordeaux, Mëkanik Dëstruktiv Kömmandön dans le cadre de la 8e édition du festival Sigma, le 25 novembre 1972. Ce n'était pas là leur premier concert au Port de la lune, ceux-ci étant déjà venu donner une prestation à l'Alhambra (10), mais ce fut en tout cas le plus remarqué. MDK a été le premier monument du groupe Magma, dont une version préliminaire fut enregistrée en 45 tours avec l'équipe précédente constituée de François “Faton” Cahen, Francis Moze et consort... Mis à part le chanteur principal Klaus Blasquiz, c'est avec une toute nouvelle formation (11) qu'Uniweria Zekt Magma Komporedra, rebaptisé plus sobrement Magma, vint à Bordeaux pour cette création. L'essentiel de Sigma 8 se fit à l'Alhambra, mais le concert de Magma (ainsi que le spectacle quelque peu écourté du Magic Circus de Jérôme Savary) eut lieu au Palais des Sports, devant 4 000 personnes environ. 

Le noir imposait le silence et la méditation avant le déchaînement des forces. C'est précisément ce mélange de puissance et de douceur qui subjugua une bonne partie de l'auditoire. Christian Vander y apparut dans toute sa dimension charismatique. Ce batteur au jeu unique fera par la suite de nombreux adeptes, même chez certains rockers purs et durs qui reconnaissent son travail et son génie. L'homme a une particularité reconnaissable entre mille : lorsqu'il joue, il entre en vibration, en scandant un curieux chant lyrique. 


    L’invention du langage Kobaïen, expression directement née de ses transes musicales, sera S l'un des vecteurs principaux de la mythologie magmaïenne. La transe scénique et la mise en scène du chaos avaient tout pour évoquer la cérémonie rituelle et le cataclysme guerrier. Les apparences sectaires étaient fortes. Ce concert de Sigma fut d'ailleurs troublé par une manifestation pacifiste à l'entrée du Palais des Sports. Les protagonistes qui entrèrent dans la salle invectivèrent le groupe sur son apparence fascisante, ce à quoi le leader du groupe répondit d'un pur second degré. Beaucoup de jeunes zicos des années 1970 qui découvraient le phénomène pour la première fois furent profondément marqués par cette prestation. Cette fascination fut visible à la sortie du concert, prenant forme chez certains sujets par des allures et des comportements du style : se mettre à chanter en zeuhl(12) en secouant frénétiquement la tête les yeux révulsés, au beau milieu d'une conversation anodine. Cela donnait à peu près ceci : « I NESS IRR HUNT, HAMTAÏ HAMTAI, MANEM DO SI MANEM DO VI, MANEM DO SI HAMTAÏ HANT(13) ! »---------------------------------------

 

10 - Voir dans le chapitre consacré au groupe Lucy Dans Le Ciel. 

11-  Constituée de Jean-Pierre Lambert à la basse, Jean-Luc Man delier au piano, René Garber au sax, Klaus Blasquiz au chant et le chœur universitaire Jacques Grimbert. 

12- Langage Kobaîen 13- En Kobaîen cela signifie : “Ceci est notre seul salut et nous devons marcher pour lui, nous devons marcher pour l’Univers


    Magma est un groupe français inclassable fondé en 1969 par le compositeur-batteur-chanteur Christian Vander. Toujours en activité, cette formation légendaire est à l'origine du genre musical baptisé « Zeuhl ». Christian Vander a formé Magma deux ans après la mort de John Coltrane, pour lequel il avait une admiration sans limite. Considérant qu'il était impossible de faire du jazz après Coltrane, il invente sa propre musique, qui marie les influences de la musique contemporaine : majoritairement Igor Stravinski, le free jazz, et le rock d'avant garde: Soft Machine, Frank Zappa. Ce groupe d'un genre nouveau fait office de pavé dans la mare ; il faut rappeler qu'à l'époque la France baignait dans un univers musical plutôt stagnant, un brin naïf et surtout politiquement correct. L'essentiel des paroles sont chantées dans une langue imaginaire créée par Christian Vander, le kobaïen. Cette langue aux consonances slaves et germaniques ajoute à l'aspect original des productions du groupe. Un nombre limité d'albums a été produit en 35 ans de carrière mais la discographie du groupe brille également par ses enregistrements en concert qui proposent au fil du temps des ré-interprétations talentueuses de ses compositions classiques. Le groupe connaîtra une carrière en pointillés avec des reformations régulières (plus de 100 musiciens sont passés dans Magma), un revirement vers plus d'accessibilité avec une musique nettement plus commerciale en 1977 (apparition d'influences soul, rythm and blues, voire funk et chant du leader-batteur-compositeur) et reste aujourd'hui en activité. L'apogée de la formation se situe dans les années 1973-1975, avec la création de l'œuvre majeure de Christian Vander : la trilogie Theusz Hamtaahk (premier mouvement : Theusz Hamtaahk, second mouvement : Ẁurdah Ïtah, troisième mouvement : Mekanïk Destruktïw Kommandöh).     Magma a été le berceau de nombreux musiciens talentueux. On peut citer le violoniste Didier Lockwood, les guitaristes Claude Engel, Claude Olmos, Gabriel Federow, Marc Fosset et Jean-Luc Chevalier (actuel guitariste du groupe Tri yann), les bassistes Jannick Top, Bernard Paganotti, Guy Delacroix et Francis Moze, les claviers Benoît Widemann,Michel Graillier, Gérard Bikialo, François Cahen (leader actuel du groupe Zao) et Jean Pol Asseline, les saxophonistes Teddy Lasry, Yvon Guillard et Jeff Seffer, les trompettistes Louis Toesca, Christian Martinez et Alain Guillard, le chanteur Klaus Blasquiz, la chanteuse Stella Vander, les voix d'Isabelle Feuillebois, de Maria Popkiewicz, de Liza de Luxe, de Guy Khalifa, le pianiste Jean Pierre Fouquey, le guitariste et bassiste Dominique Bertram, les batteurs et percussionistes Doudou Weiss, Simon Goubert et François Laizeau etc.

     La musique de Magma, aux accents parfois martiaux, est sombre et lumineuse, rythmique, puissante, et tranche radicalement avec le rock de son époque. C'est une musique vivante : Magma est avant tout un groupe de scène, la force qu'il dégage s'apparente à une forme de transe, singulière, énergisante et maîtrisée.

    L'influence d'un compositeur comme Stravinski, notamment Les Noces et des jazzmen comme John Coltrane ou Albert Ayler, rapproche Magma de formations comme Soft Machine, Mahavishnu Orchestra ou les Mothers Of Invention de Frank Zappa, mêlant elles aussi avec brio un cocktail avant-gardiste à base de rock, jazz , musique classique et contemporaine. Magma fut, dans les années 1970, un fidèle supporter de la formation britannique Henry Cow, créatrice du courant Rock in Opposition.[réf. nécessaire] Il s'agit d'une musique de l'instant, dont les disques ne sont que des témoins.

    La musique de Magma serait selon Christian Vander « une nouvelle musique classique européenne ». Dans l'univers imaginaire du groupe, elle a pour origine la Zeuhl, qui est « une sorte de matériau spirituel en vibration qui aurait mémorisé tous les sons et tout ce que l'on peut capter ou concevoir dans notre esprit » . Le terme de Zeuhl a été utilisé par la suite pour désigner un courant musical qui regroupe des groupes tels que Eros, Eider Stellaire, Xalph, ou encore des formations comme Univers Zéro, Zao,Art-Zoyd et Weidorje. Ce qui différencie Magma de la plupart des groupes dits de Rock ou de Pop est son intemporalité[réf. nécessaire]. La musique est essentiellement écrite et une place minimale est laissée à l'improvisation. L'acteur de la musique doit se fondre dans l'expression de la musique elle-même. Ainsi à travers le temps, la musique de Magma se retrouve telle qu'en elle même, intacte.

    Depuis 1982, Christian Vander œuvre aussi dans deux formations parallèles à Magma : le jazz coltranien avec le Christian Vander Trio (avec Emmanuel Borghi et Philippe Dardelle) et surtout Offering, penchant acoustique de la musique de Magma où Vander officie principalement au chant et au piano.


https://www.francemusique.fr/emissions/open-jazz/magma-50-ans-apres-avec-christian-vander-73173








2021-10-02- Concert à Biganos, 50 ans après sa création

Catherine Ribeiro +Alpes





GONG




The Pretty Things









Voici les liens vers tous les articles et les pages du Blog Cliquez sur le nom de l'article pour l'afficher Pages  -  Albums p...

Voici les liens vers tous les articles et les pages du Blog


Cliquez sur le nom de l'article pour l'afficher
Pages 

Albums photos                                              Des photos par famille, activité,
- Cahiers du Réolais                                       L'intégrale des100 Cahiers du Réolais
Inondations                                                   Photos et vidéos des inondations
Pourquoi ce blog ?                                   
Sites voisins
                                                D'autres sites locaux

Articles
  
977-1977 : mille ans La Réole                    Un film de 14 mn tourné par France 3 en 1977
-
1900-2000_100 ans de vie Réolaise        Reprise par le Réolais en 2000, d'articles de l'Union
À la une de Télérama                               L'article Télérama du 19 octobre 2019 sur La Réole
- Agenda de Jean Reolais 1864-1877         La vie d'un Réolais au 19°siècle
Almanach du Réolais de 1910                  Un almanach Vigouroux de 1910
- Aviron Réolais sur petit écran en 1976     A la recherche de la vidéo !
Aviron S Réolais bientôt 140 an            Histoire du club de 1883 à 1983
- Bagas Cheap Festival                              Woodstock sur Dropt : festival rock en 1972
- Baignades en Garonne 1935                    Conseils du journal l'Union
- Camille Biot 1882-1950                            Créateur du Musée et du guide de La Réole
Château des Quat'Sos : Pierre Laville      Des études et des tableaux de Pierre Laville
- Chemin de fer, Cures, Réolais                 Voyages et cures en fin XIX siècle
- Chroniques Réolaises..                            Par Christo Laroque
- Collège de la Réole 1941                         Palmarès du Collège en 1941 et  Mr Outteryck      
- Comédies et comédiens à La Réole        Du 18 au 21e siècles
Drôles de poissons dans la Garonne !     Février 1963, les Lourmais nagent dans le froid
Des pompes …                                         Les pompes au coin des rues
- Draguer la Garonne                                L'extraction de la grave dans la Garonne
- Edouard Molinaro                                     Une enfance réolaise, jamais oubliée !!
- Famille Outterick- Professeurs                  Des enseignants qui ont marqués leur élèves
- Films de Jean Saubat                             20 films numérisés +  1 émission FR3
Films de Pierre Tomas                              Cinéaste amateur années 40-50  
- Films de Pierre Tomas (2 nouveaux)        Kermesse école 1939    
Frankton 1942                                          1942, des commandos anglais à La Réole
- Francis Carretey                                        Peintre et coiffeur
Georges Lanoire, poète                            Une plaquette de 42 pages éditée en 1912 
Guide Illustré de La Réole 1930               Un guide édité en fin des années 30
- Guide Touristique La Réole 1962            Un guide touristique par les Amis du Vieux Réolais
- Guide Touristique La Réole 1980             
Un guide touristique 80
- Inondations 1930                                       Articles du journal L'Union  
- Inondations 1981- 2021                             Photos comparatives
- "Je me souviens" *                                    Brefs souvenirs Réolais
- "Je me souviens II"                                    Brefs souvenirs Réolais (suite)
Jean Poujardieu enfance                           Souvenirs d'enfance au Rouergue (né en 1928)  
Jodjana : de Yogiakarta à La Réole           Le père de Mme Chavoix-Jodjana à La Réole
La Réole ville marraine de guerre             En 1916 La Réole adopte un village bombardé
- Le Mois de l'Amitié 1964-1973                  Des étudiants du monde à La Réole
Le pont du Rouergue                                L'histoire des ponts du Rouergue
Les Cahiers de l'Entre-Deux-Mers            Une sélection des CEDM traitant de La Réole
Les Cahiers du Réolais                             Tous les 100 numéros des CDR de 1947 à 1974
- Lexique Réolais 1940-1960                      J.M. Patient à relevé les expressions Réolaises  
- Mariage filmé à La Réole en 1932            1932,  Marcelle Beylard et Lucien Patient
- Nicole Petiteau : Libraire                           La fille de Pierre Petiteau, libraire reconnue
Ninou et le Volley-ball                               Une vie au bord de la Garonne
Photos aériennes de La Réole                 Les photos aériennes de l'IGN depuis 1930
- Réfugiés à La Réole 1940                        Dès 1938 des gens se sont réfugiés à La Réole
Rouergue plage                                        Avant la piscine on se baignait dans la Garonne
Réolais Champion Olympique de Rugby  Pierre Petiteau aux JO de Anvers en 1920
- Rugby à XIII-années 50                            Deux films sur des finales de Rugby à XIII
Scope 1984 - Vidéo de G. Monteil           Prix Jean d'Arcy du meilleur court-métrage
- Scoutisme pendant la guerre                   Des réolaises sur les routes et chemins
- Station Verte de vacances 1970               Depuis 1970, classée Station Verte
-Transport Automobile de Guyenne (TAG)  Avant les transports Citram 
- Tripots et cabrioles à La Réole                 Vie cachée réolaise
- Une vie à vélo : Jacques Baudaux           A vélo jusqu'à 90 ans !!  
- Véloce Club Réolais en 1879                   Folle histoire du vélo à La réole
- Vélo : les Gregarios                                  Grégarios (maintenant appelés Équipiers
- Vélo : Christian Cuch                                Christian Cuch : la saga d'un cycliste
Vieux Noëls du Sud Ouest                        Traditions en campagne     
Villa Cassinogilum                                    Villa de Charlemagne à Caudrot ? Brochure 36 p.
*Je me souviens Extraits :
 1 - Gendarmes en prison
2 - La Télévision arrive au Mirail
3 - Vaccinodrome Réolais en 1950 
4 - Incendie maison Vinemey un soir d'août dans les années 1950
5 - Ils ont marché sur la Lune
6 - Matinée théâtrale à Saint Jean Bosco
7 - Les guirlandes du Rouergue 
8 - Conduite légèrement accompagnée
9 - Débuts journalistiques 
10 - Les mains de Louis Roche
11 - Les demoiselles du téléphone
12 - L'imprimerie à La Réole
13 - Le secours national 1940

Si vous voyez des erreurs ou des documents  à compléter, merci de mettre un commentaire ou bien  me contacter. 

     La guerre en Ukraine met en mémoire les réfugiés arrivés à La Réole lors de la seconde guerre mondiale.     1 -  Certains sont arrivés ...

    La guerre en Ukraine met en mémoire les réfugiés arrivés à La Réole lors de la seconde guerre mondiale.
    1 - Certains sont arrivés avant la déclaration de guerre :
     par exemple Jacques Baudaux dont les parents se sont installés épiciers à la Réole en 1938 (sa mère était originaire de Bazas).

Jacques Baudaux avec ses parents devant l'épicerie

    Ci dessous lien vers l'interview de Jacques qui raconte son arrivée à La Réole :
Interview Jacques Baudaux

   2 - Certains sont venus rejoindre leur famille à La Réole :
    C'est le cas de Jean Marc Patient né en 1938 et arrivé en juillet 1939 avec ses parents rejoindre sa famille Chardon, Laclavetine.
    L'appellation de "réfugié" me fait sourire, car, à La Réole,  je ne m'y suis jamais senti comme tel !.... Arrivé à 1 an, reparti à 7 ans, La Réole était ma ville natale et je ne me suis jamais senti parisien bien que j'y sois né !.... Revenu sur Paris, j'avais l'accent comme un réolais de souche, et bien entendu je me suis fait traiter de "marseillais", car à l'époque avoir un accent du midi c'était obligatoirement de Marseille.
    Certains se sont repliés sur La Réole selon un plan concerté, par exemple les dirigeants des aciéries de Longwy
Leur responsable pour La Réole, était Mr Camille MOUGENOT cadre dirigeant, qui résidait avec son épouse, dans un appartement au-dessus des Lestieux dominant la Garonne, près du pont... Mr et Mme MOUGENOT, séparés de leurs enfants, m'avaient pris en amitié et j'étais souvent fourré chez eux. Mon grand-père Marcel BEYLARD étant décédé en mars 1943, Mr MOUGENOT m'a servi de grand père de substitution en quelque sorte. (Jean Marc Patient)
* Suite des souvenirs de Jean Marc Patient en fin d'article

    3- D'autres ont perdu leur emploi sur ordre du gouvernement : 
    Charles Outteryck, a été écarté de l'Education Nationale par le régime de Vichy fin 1941 pour avoir appartenu à une loge de Francs Maçons à Dunkerque dans sa jeunesse.
    Réintégré à la fin de la guerre, prof de Math respecté, il a marqué des générations d'élèves avant de quitter La Réole fin 1966.

    4 - 1939-1940, Monségur accueille des réfugiés de l’Est de la France : 
    un article très complet du GAHMS n°43 par D.Barraud et MC Jean : Lien

    5 -  fugiés en 1939 - 1940  à La Réole

Étrange et désagréable impression en ce jour, du 24 février 2022, de revivre ce que nos parents et grands parents ont subi il y a plus de 70 ans….


Extraits de lettres et souvenirs de ma famille réolaise et d’une réfugiée à La Réole


 Le 3 septembre 1939 : déclaration de guerre à 17 heures    [ La montée des tensions : les Polonais s'inquiètent de la menace allemande après l'occupation de Prague par la Wehrmacht, le 15/03/1939. Hitler ne tarde pas à revendiquer Gdańsk, dont le "corridor de Dantzig" isole la Prusse orientale du reste de l'Allemagne (traité de Versailles de 1919). Le Führer prend prétexte d'une prétendue attaque polonaise survenue dans la nuit sur la frontière orientale de l'Allemagne pour entrer chez son voisin sans s'embarrasser d'une déclaration de guerre. En fait d'attaque, il s'agit d'une macabre machination montée par l'armée allemande avec des cadavres de détenus revêtus d'uniformes polonais.                                                                         L'Angleterre et la France déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre après avoir, jusqu'au dernier moment, espéré une paix de compromis. Pendant les mois suivants, les deux alliés restent l'arme au pied, derrière la ligne Maginot, ensemble de fortifications protégeant la France sur sa frontière avec l'Allemagne. C'est la "drôle de guerre"… Pendant ce temps, les bombardiers allemands clouent au sol l'aviation polonaise et détruisent les infrastructures, entravant ainsi la mobilisation de l'armée polonaise, réputée être la cinquième d'Europe. Les Panzerdivisionen prennent l'armée polonaise en tenaille et enfoncent le front par des attaques combinées avec l'aviation. C'est la "guerre éclair", qu'Hitler emploiera, quelques mois plus tard, dans son offensive contre la France, la Hollande et la Belgique. Dès le 14 septembre, Varsovie est assiégée. Trois jours plus tard, l'Armée Rouge pénètre -  sans déclaration de guerre - en Pologne orientale, en vertu du pacte secret de non-agression russo-germanique, prévoyant le partage du pays. Le gouvernement polonais se réfugie en Roumanie, et Varsovie capitule le 27 septembre, après une courte, mais héroïque résistance.                           La guerre devient générale : Hitler attaque et occupe le Danemark et la Norvège, et Staline la Finlande. Ces premiers échecs causent la chute des signataires des accords de Munich, dont Daladier, qui est remplacé par Paul Reynaud le 21/03/1940.         

    Le 10/05/1940, le Führer met fin à la "drôle de guerre" sur le front occidental en envahissant la Belgique. Le même jour, Winston Churchill succède à Chamberlain au 10 Downing Street avec la ferme volonté de résister au nazisme et de le vaincre... ]  


    Souvenirs de ma tante d’un retour de Haute Marne à La Réole, via Orléans (où l'électricité avait été coupée à cause d'une alerte), sans passer par Paris, car sa grand mère le lui avait interdit :    

" Des femmes portaient dans leur dos des masques à gaz. Le voyage dura quarante huit heures : l'omnibus s'arrêtait souvent pour laisser passer les trains militaires. Comme toute nourriture, grand mère m’avait donné un pâté à l'ail, qui "parfumait" l'air!". le 6/09/1939  

10/09/1939, La Réole 

    " Je suis bien arrivée de Cirey jusqu’à Bar-sur-Aube. Heureusement, il y avait un autobus à 9 heures, qui m'a amenée à Troyes. On m'avait dit que seuls des bus allaient à Sens. Mais les trains avaient été rétablis et j'ai pu partir à 11 heures de Troyes dans un train (très vieux) rempli de soldats et de mobilisés. J'avais pu faire enregistrer ma caisse à Troyes (elle n'est pas encore arrivée). Tous les trains que j'ai pris étaient des omnibus. Arrivée à Sens à une heure, départ pour Montargis à 3 heures ½ par une toute petite ligne et nous ne roulions pas vite. Arrivée à 7 heures dans cette ville. Il y avait un monde fou, des mobilisés, mais aussi des femmes et des enfants qui quittaient Paris. Mon train ne repartait qu'à 10 heures 30. J'ai fait la connaissance d'une jeune femme qui partait en Auvergne, son mari était radio à l'état major, il est dans les Vosges. Il paraît que son matériel est tout neuf et très perfectionné et qu'il n'y a pas de comparaison avec l'an dernier. Les soldats au front sont habillés comme les Américains. 

    Tous les trains marchent sans lumière et les gares sont à peine éclairées. Il y avait un train de réfugiés alsaciens dans des wagons à bestiaux, qui attendait depuis trois jours. Pauvres gens !  Enfin, mon train, un tortillard faisant du 12 km/h, partit. Nous avons eu une alerte d'une heure, avant d'arriver à Orléans. Aux Aubrais, il n'y avait pas du tout de lumière : on n'y voyait rien, on se bousculait. Je ne pouvais même pas voir, s'il y avait un train à côté de moi. Enfin, je me cramponne à un employé (tout ça à 3 heures du matin !) et j'en profite pour lui demander le train de Bordeaux. Je monte dans le train indiqué, mais un monsieur, qui était dans le wagon, me dit qu'il n'allait qu'à Tours. Vous pensez comme j'étais ennuyée, surtout que je vois passer le train de Bordeaux. Ça me retardait d'au moins de 12 heures ! Il faisait un froid de canard dans ce train. Je suis arrivée à Tours à 7 heures. Des voyageurs, montant dans le train, m'apprirent qu'il allait bien à Bordeaux ! Mais, on était très serré et les wagons n'étaient pas neufs. Il y avait un autre train pour Bordeaux plus confortable, un peu plus loin. Je suis allée le prendre : j'ai eu des premières, car il n'y avait plus de place ailleurs.

   Il paraît que les ministres sont à Tours. Des évacués ont dit que Strasbourg et Metz sont bombardés, mais il n'y a plus personne là-bas. Je vous assure que le trajet Tours-Bordeaux m'a paru long, s'arrêtant à toutes les gares ; il fallait attendre pour laisser passer les convois militaires, qui étaient nombreux. Je suis enfin arrivée à Bordeaux à 5 heures. J'avais un train à 6 heures ½ pour La Réole. Un monsieur évacué, qui venait de la frontière sarroise et allait à Avignon, avait mis cinq jours pour arriver à Bordeaux. Ils étaient cinquante dans des wagons à bestiaux, sans paille pour coucher les enfants (les adultes se couchaient et les enfants dormaient sur eux). Dans leur wagon, ils avaient une folle, dans un autre un mort. Ils étaient six mille évacués ! Ils n'avaient eu qu'une demi heure pour s'en aller de chez eux, ils ont tout laissé. On leur avait dit qu'ils allaient à Châlons-sur-Marne et d'emporter un jour de vivre : on les envoie à Saint Émilion. Ils n'ont eu qu'un bouillon depuis trois jours. Il leur était défendu de sortir et pour connaître leur direction, ils se fiaient au soleil. Il y avait bien des infirmières et des docteurs, mais personne ne s'occupait d'eux. C'est bien triste ! Je suis arrivée à 19 heures à La Réole et il a fallu que je monte à pied à la maison.                                                                … Nous attendons encore des réfugiés. Avec des amies, nous allons récolter des objets pour eux : à La Réole (neuf cent cinquante réfugiés), à Saint Sève (soixante) et à Bourdelles (soixante dix), on ne sait pas où les mettre. Nous fourbissons, pour bien les recevoir. Nous avons un travail fou, je n'en peux plus. Il va falloir aller nettoyer la maison vide du cousin ; la métairie de Saint Sève est à peu près propre.      "Il faut secouer les Réolais, qui ne sont que des égoïstes. Il faudrait quelques bombes, ça les remuerait."   

21/09/1939, La Réole                                                                                                     

" … Maman est en train d'arranger les maisons du Tunnel et de les meubler pour les louer à des personnes de Paris, je crois. Les ouvriers étant mobilisés, c'est assez compliqué. Les réfugiés (les premiers) de la Meurthe et Moselle sont arrivés et installés dans notre maison du quartier Saint Martin. Heureusement, la Croix Rouge et des scouts nous aident. Il y a beaucoup d'enfants, dont une de 15 ans (une petite Polonaise). Ils sont très contents de l'accueil qu'on leur a fait à La Réole. Je pense qu'ils arrivent par petits groupes ; il vaut mieux, d'ailleurs.

    Nous avons reçu une lettre de cousine Anna, nous attendons son fils Bernard, qui sera pensionnaire au collège. Nous le sortirons tant que nous pourrons et tâcherons qu'il ne soit pas trop dépaysé et malheureux loin de ses parents (restés en Lorraine). Le collège est ou va être un hôpital de 250 lits.

    Nos classes sont déportées dans les Bénédictins. Nous n'avons pas de bureau et écrivons sur nos genoux : nous sommes tellement nombreux, que les bancs et les tables, prenant trop de place, ont été supprimés. Heureusement que je suis habituée à ce genre de sport, mais gare à mon écriture ! "  


 28/09/1939, La Réole

" … Maman est très occupée par l'installation de nos maisons de La Réole, qui sera loué à deux familles. On fait retapisser, mettre de l'eau au premier étage et un lavabo, puis l'électricité. De plus, les réfugiés (cinq cents) sont arrivés mardi dernier, le soir à 7 heures. Il fallait en porter cent cinquante à deux kilomètres de La Réole dans un château (à Frimont). D'autres étaient dirigés vers les villages de la plaine. Maman en a charroyés, car les voitures avaient été réquisitionnées pour le transport. Quant à nous, nous avons dû faire le trajet pedibus vers 8 heures du soir (trois kilomètres depuis la gare). 

    Monique B., sa mère et moi avons aidé à installer des réfugiés et à leur donner à dîner ; ce qui n'était pas un petit travail, car dans ce château, il n'y avait pas grand chose comme matériel. Enfin, avec quatre ou cinq repas successifs, ils ont pu se coucher sur la paille dans les chambres, à raison de dix par chambre. Le lendemain matin, nous sommes revenues préparer le petit déjeuner. Les gens se trouvaient très bien et avaient peur qu'on les mettent ailleurs. Nous savons qu'aujourd'hui, il doit en arriver deux cents, mais nous ne savons pas à quelle heure... 

    Maman, allant en ville, a aperçu un train de réfugiés : il y en avait cinquante pour Saint Sève ; un monsieur et elle les ont transportés avec leur véhicule.

    Je nettoie la petite métairie en haut de l’allée. C'est moins grand que chez le cousin, mais proportionnellement, il y a plus de poussière et de toiles d'araignées. 

    Je devais partir samedi chez marraine au Bouscat pour passer mon Bac mardi et mercredi, mais je ne pars que dimanche à cause des réfugiés. Je vais certainement ramasser une veste ; je ne pense pas à étudier, je n'ai pas le temps et maintenant c'est trop tard. 

    Il n'y a pas encore de blessés arrivés à La Réole."

 … La forêt de la Warndt était truquée d'une manière épouvantable : on s'appuyait à un arbre, qui soudain sautait ; dans un village, on ouvrait une fenêtre qui faisait sauter la      maison ; allumer une lampe, etc… 

 

[  Selon la convention militaire de 1936, le général Gamelin, commandant en chef des forces armées terrestres déclencha une opération dans la région sarroise (forêt de Warndt), dans la zone située entre la ligne Maginot et la ligne Siegfried avec arrêt devant cette dernière. Cette opération militaire devait soulager l’armée polonaise et calmer aussi l’opinion publique française qui ne comprendrait pas l’attentisme des Alliés. Les unités avancèrent, dans la nuit du 5 au 6 septembre, dans la partie que l’ennemi avait évacuée et piégée... 

Si, au départ, il avait été étudié la possibilité d’aider les polonais par des bombardements alliés sur les troupes allemandes engagées en Pologne, cette stratégie avait été vite écartée. Dans l’idée de Gamelin, la Pologne avait déjà perdu la bataille, mais il était certain qu’à l’issue de la guerre, qui allait être longue et coûteuse en hommes et matériels, elle renaîtrait. Aussi, jugeait-il inutile de mener une offensive qui pourrait provoquer des dégâts importants dans les rangs de l’armée française. ]     


3/10/1939, La Réole 

 " La rentrée est prévue pour le 9 octobre avec une installation sommaire du collège dans l'ancienne sous-préfecture. J'ai réservé une chambre (meublée) au Tunnel pour Bernard, qui pourrait être demi-pensionnaire ; l'une des locataires, parisienne, parente d'une dame de Saint Hilaire, dont parlait beaucoup ma belle-mère, accepte de grand cœur de le surveiller et de faire sa chambre. J'ai dû beaucoup batailler pour pouvoir me réserver cette chambre. Devant l'avalanche de réfugiés de Longwy et de sa région, la mairie a réquisitionné les maisons de Réolais récalcitrants. J'ai loué aussi à deux autres personnes - l’une est secrétaire à Longwy ; cela me permettra de payer ce que va me coûter les réparations (plâtrier, peintre, électricien, eau). J'ai hâte que ce soit fini. Quel travail que cet aménagement ! Je fais faire quatre matelas et six couvertures piquées, mais que d'encaustique et de frottage en perspective ! Je jongle avec les lits, les armoires ; heureusement que nous avons du matériel en supplément. 

 Mardi dernier, à 8 heures 10 du matin, arrivée d’un train de réfugiés (depuis le début, il y a mille deux cents évacués pour La Réole) ; je vois le chef du convoi (l'un des directeurs des aciéries de Longwy) et lui demande s'il y a des gens pour Saint-Sève : cinquante. J’ai choisi une famille de six personnes et quatre enfants. Je les ai transportés en auto et ai installés dans la métairie. Saint Sève avait bien fait les choses ; de mardi à dimanche, les réfugiés ont eu leurs repas servis et ont eu dimanche du poulet rôti. À La Réole, nous nous sommes occupés d'autres réfugiés au château de Frimont : trois repas à chaque convoi (soupe de légumes, sardines, saucisson ou pâté). Mais quelle odeur dégageait cette pauvre humanité après quatre jours de voyage ! Ils ont couché sur la paille. 

Tout est plein : huit Italiens naturalisés dans notre petite métairie ; chez le père Auger : quatre vingt ! Pauvres gens ! Il y en a cinquante chez le cousin. En tout, j'en ai soixante dix. J'ai retrouvé avec plaisir l'accent lorrain et même le patois d'une vieille dame, paysanne des environs de Verdun ! Il faisait froid à Longwy quand ils sont partis. Il a plu ces jours-ci, mais il faisait un temps radieux, quand les réfugiés sont arrivés. Ils s'extasiaient sur la chaleur et la végétation inconnue (palmiers, bananiers...). Peu de télégramme de tués encore par ici, ni de blessés évacués.

 Une partie de l'école d'aviation de Mérignac est ici pour l'aérodrome qui vient d'être doublé de surface. Les classes ont repris ce matin sur l'assurance formelle, que les réfugiés ne sont pas reçus : des cas de croup ayant été constatés.


 Novembre 1939, La Réole, 

" … Nous avons un professeur a 23 ans, réformé, car il a un œil en verre : il a eu un accident en jouant au hockey. Mais, il attend un nouvel appel. En physique et chimie, nous ne faisons plus rien depuis que la remplaçante de Laroubine est là. Elle est toute petite avec un grand nez … et une grande patience, parce que les élèves chahutent : ils lancent des billes sous ses pieds pour la faire tomber, apportent des cartes postales où un chat miaule... C'est bien méchant, mais c'est tellement drôle, que nous sortons les larmes aux yeux, tant ils nous font rire. La seconde est une petite classe, mais qui s'entend très bien pour faire des farces. Les meilleures sont les plus épouvantables... Nous avions aussi notre "prix de Rome" : le prof de dessin, qui en avait assez, est parti ; on attend une remplaçante."  


 21/11/1939, La Réole  

" … Il fait très froid. Pour aller au collège, on est obligé de mettre des gants bien chauds. Depuis quinze jours, nous avons cousin Bernard. Voilà une semaine passée au collège ou plutôt à la sous-préfecture. Cette rentrée n'a pas été du tout triste, comme on pourrait le penser, l'installation est si originale qu'elle en est amusante. Quand on pense que dans la classe de physique ont couché autrefois les sous-préfets, on ne peut s'empêcher d'en rire ; une autre pièce a gardé son lustre, ses grands rideaux rouges avec des pompons, deux tableaux au dessus des portes représentant des petits amours ! Au deuxième étage, il y a une série de sept classes concomitantes, qui nous amusent beaucoup : vous pensez, quand le professeur nous dit d'entrer dans la première, nous filons dans la dernière et il est obligé de venir nous chercher ! Dans une autre classe, le téléphone se trouve derrière le tableau, posé sur la cheminée ; alors, en plein cours, on sursaute au bruit de la sonnerie... 

Nous devons avoir des professeurs femmes, mais une seule est arrivée, celle de dessin : une rousse que les garçons ont surnommée cheval (c'est en effet un peu son allure). Elle est très gentille. Nous ne sommes que treize dans notre classe (cela portera bonheur) : six filles et sept garçons, dont un de Longwy. 

    Hier, nous étions en train de travailler, lorsque ma voisine pousse un cri.... un mignon petit chat jaune nous avait suivis dans la classe ; il alla se pelotonner sur les genoux d'un garçon. Si plusieurs lycées de Bordeaux et celui d'Arcachon n'avaient pas rouvert, nous n'aurions pas pu tous tenir dans la sous-préfecture. Il paraît que dans un lycée de Bordeaux, ils sont trois mille élèves, même en supprimant la primaire et l'internat !              Notre acrobate Longuesserre a abattu un avion boche, il a été blessé                       (Il était le président de l'Aéro-club de La Réole qui, en rase-motte au dessus du cloître, lâcha une pluie de roses depuis son avion, sur un spectacle en plein air, produit par Art et Jeunesse, en 1938 ou 39 ? - d’après Michel Balans).                                                        Au collège (transformé en hôpital), il n'y a que huit malades, pas un blessé.      Dans la maison du quartier Saint Martin, il y a trente deux enfants. Vous pensez aux ravages ! Il y a un bébé d'un an qui est mort et son frère de trois ans est allé mordre au nez, aux joues et aux doigts la petite fille d'un mois d'une Polonaise. Heureusement que l'on est arrivé à temps. On ne se reconnaît plus dans La Réole avec tous ses réfugiés, on en voit partout. L'École d'Agriculture n'est pas transformée en hôpital, elle garde ses vieilles.      Les travaux des maison au Tunnel sont terminés depuis hier, après un mois de nettoyage.

  29/12/1939, La Réole  

" Il fait froid (- 6°). Georges (le fiancé d’une amie bordelaise) vient de venir en permission : il a la croix de guerre. Il fait partie de l'escadrille des neuf avions qui ont combattu contre vingt sept avions ennemis : il est le plus jeune. Un de ses camarades a abattu à lui tout seul, ce fameux jour, cinq avions. Il paraît qu'il était fou quand il est revenu : il sautait de joie, chantait... Le lendemain, il en a encore abattu un autre. Deux autres camarades furent prisonniers. Georges, qui est radio, entend un message de deux aviateurs avertissant de ne pas tirer sur leur avion : ils avaient réussi à s'échapper en volant un avion boche ! Mais ils ont failli être mitraillés par les Français lors de leur atterrissage. Il y a plusieurs aviateurs allemands qui sont venus se rendre avec leurs avions.     Les soldats du génie s'en vont aujourd'hui    (ayant édifié un pont de bateaux sur la Garonne en 1938, suite à la rupture d'un câble du pont suspendu devenu dangereux. Ce dernier fut remplacé par ce pont de bateaux provisoire. Une navette fluviale prit ensuite le relais).  

Le pont de bateaux du Génie

8 et 31/01/1940 et 5/02/1940, La Réole             1)"  … J'ai dû aller trouver le monsieur de Longwy, resté comme directeur des réfugiés. La cour de la maison du cousin est transformée en fumier, par les femmes qui jettent leur seau garni à la volée ; cela s'écoule dans la rue : c'est une infection ! L'une d'elle a mis le feu à une cheminée, je n'en fus même pas avertie ; heureusement que j'ai assuré l'immeuble ! Ces réfugiés exagèrent."  

            2) " Il n'a pas fait aussi froid depuis 1870 : -13° pendant vingt jours (Cela arrive presque tous les ans, mais pas aussi longtemps). La maison n'est pas faite pour ces températures, nous avons eu très, très froid. Le temps s'est détendu, dès la pleine lune. La Garonne charrie de gros et nombreux glaçons, qui s'entrechoquent avec des bruits inconnus. Il paraît qu'elle a été prise à Caudrot, dans un tournant brusque, où les glaçons se sont accumulés.

                                     

La Garonne en hiver 1939 – 1940


    
Ici aussi, le ravitaillement est assez délicat ; mais je crois plus à un accaparement qu'à un manque de denrées. C'est surtout le café qui manque. Les réfugiés sont gros consommateurs et parce qu'ils ne sont pas connus, ils font les épiceries les unes après les autres, ce qui entraîne le rationnement des Réolais. Le porc est à 8 francs la livre, je renonce à en acheter à ce prix. J'en ai quatre à la métairie, dont deux pour nous. J'en tuerai un en mars et l'autre je le débiterai frais pour le vendre. Je fais couper du bois, de crainte que la guerre dure et que le charbon soit rare.

3) " … Le lait entier est à 1,90 francs ; nous avons droit à un litre par jour pour les deux petits. Nous ne trouvons pas de lait écrémé depuis ces froids et le beurre est introuvable. De temps en temps, j'hérite de quelques litres de lait, dus à la générosité d'un métayer. Le savon: 75g par personne pour janvier.

    Nous avons tué le porc, je ne me tire pas trop mal de mon élevage ; on m'a sorti, pour trois mois, 10 kg de viande de boucherie lors de la déclaration et je ne peux en tuer un second sans que le premier soit liquidé par des tickets (50 kg de porc = 50 tickets retenus). Cette façon de faire fait que la campagne proteste, car ceux, qui ont sacrifié de bonne heure deux porcs, les ont et ceux qui en ont tué un seul, doivent attendre juillet pour pouvoir tuer le second ; c'est injuste ! Cet ordre est, à mon avis stupide, car dans cette région, tout l'été, les jeunes porcelets se nourrissent de citrouilles exclusivement et ne sont nourris de féculents que lorsqu'on les engraisse. Cette année, les paysans, au lieu d'élever deux ou trois porcs, vont n'en élever qu'un ; ce sera autant de perdu, car 10 à 30 ou 40 kg ne coûtaient rien à la communauté, les porcs étant nourris de l'industrie du paysan. Pour ma part, je ne fais qu'entretenir mon second porc, que je pensais tuer en avril ; je le tuerai en octobre, si d'ici là, la réquisition ne l'a pas pris ! Nous avons encore dû livrer une vache de la métairie de Saint Sève pour la réquisition, j'ai protesté en haut lieu, car ce sont toujours les mêmes étables qui livrent chaque fois ; c'est trop souvent. On voulait nous faire livrer l'autre vache, pleine de quatre mois, j'ai refusé catégoriquement. J'ai envoyé une note et j'ai eu gain de cause. 

Nous avons l'heure d'été. Les élèves rentrent à l’école à 8 heures 30. 

Pas trop de mal à la métairie de Bourdelles, le froid a fait plus de mal que l'inondation.                                                                                                                

La maison du cousin Jean, servant d'intermédiaire pour le passage du courrier de la zone occupée vers la zone libre, se trouve à Saint Sulpice-de-Pommiers, à seize kilomètres de chez nous."  


Souvenirs de ma tante :

      "En août 1940, le courrier ne circulant pas d'une zone à l'autre, ta mère, mais plus souvent moi, partait en bicyclette à Saint Sulpice-de-Pommiers chercher les lettres, provenant des grands parents habitant en zone occupée. Il fallait passer la ligne de démarcation, qui était matérialisée par la route reliant Langon à Sauveterre-de-Guyenne. Le cousin Jean, connaissant la postière de Sauveterre, récupérait le courrier pour notre famille. Un jour, revenant de chez le cousin avec des lettres, je m'apprêtais à repasser clandestinement la ligne, quand je fus surprise et interpellée par un soldat allemand. Je laissai tomber dans l'herbe le paquet de missives que je transportais. Le soldat ne s'en aperçut pas, étant trop éloigné de moi ; il m'emmena à un poste de surveillance, où je fus interrogée. Je répondis que j’étais allée voir mon cousin : gros rires de ces messieurs, qui n'en croyaient pas un mot, mais soupçonnaient une histoire plus romanesque ! Ils me laissèrent repartir sans m'inquiéter. Je pus récupérer les lettres et filai à la maison. Je me demande encore comment je n'ai pas eu peur sur le moment ! " 


      Mais la réaction survint le lendemain, où elle ne put se lever, tant elle était malade (de peur rétroactive). Sa mère décida d'arrêter le manège, qui devenait trop dangereux.


[ L'implantation de la ligne de démarcation bouleversa le service postal. L'ordonnance allemande du 18 juillet 1940 instaura une réglementation particulièrement sévère. Suspendue en août, la correspondance privée est rétablie dès septembre 1940. Elle se limite à des cartes interzones, qui se présentent sous la forme d'un texte pré-imprimé de douze lignes d'ordre familiale, à biffer. Puis, rapidement est assouplie cette législation avec des cartes où il est autorisé d'écrire sept lignes ; puis réapparurent des cartes ordinaires à partir de l'automne 1941. ]  


19/02/1940, La Réole  

"  … Notre ravitaillement ne va pas mal, nous trouvons à peu près tout ce qui est mis en carte et ce qui manque (graisse surtout), je le produis moi-même. Ici aussi les étoffes sont chères.  Plus d'essence, la voiture est sur cales, c'est la bicyclette qui remplace ; cela ne fait que du bien, je m'y suis remise facilement, mais l'auto était plus rapide et me facilitait la vie.

Mes poules pondent douze œufs par jour : ils sont taxés à 14 francs 40, mais ils se payent facilement à l'équivalent des œufs du Maroc 18 francs 12. Je n'en ai pas encore vendu, mais offert quelques douzaines en remerciement à diverses personnes. Je m'ingénie à faire toutes les économies possibles (pour nous et la généralité, c'est un devoir). 

Le professeur de dessin (Pierre Laville) est prisonnier. Quand il rentrera, je lui demanderai de donner des leçons à Irène, qui est vraiment douée."  



[ L'invasion allemande du Luxembourg commence le 10 mai, à 4 heures 35 du matin, les troupes allemandes ne rencontrent aucune résistance significative. La capitale est prise avant midi. Les Alliés réagissent : à 8 heures du matin, plusieurs divisions françaises franchissent la frontière du Luxembourg et viennent tester la puissance allemande. Quelques heures plus tard, ces divisions se replient derrière la ligne Maginot. Le 11 mai, le Luxembourg est entièrement sous contrôle de l'armée allemande.


 12/05/1940, La Réole  

" Tu imagines bien que je ne pense plus à mon déplacement à Cirey/Blaise, mais je regrette de n'être pas partie avant. Ce n'est plus le moment d'aller encombrer les trains. Nous ne pouvons faire mieux, mais nous évitons tout ce qui peut gêner la guerre : nous consommons moins de café, restreignons la boucherie, surtout le bœuf. 

Je crois que, si cela devenait plus mauvais en Lorraine, cousine Anna se réfugierait ici, elle nous l’écrit ce matin. Bernard devait partir chez eux samedi, bien entendu, je l'ai gardé ici. Il est insouciant, passe de bonnes vacances sous un soleil radieux et ne s'en fait pas trop pour les siens. 

Mardi, la Garonne a envahi Bourdelles, je vais essayer d'y aller tout à l'heure ; samedi soir, je n'ai pas pu passer : toutes les récoltes doivent être perdues, y compris les betteraves à sucre ! Le second porc est tué, il pesait 80 kg (le premier : 90 kg). Tous frais payés, ces deux porcs, au cours actuel (20 francs le kg mort) m'ont rapporté seize francs par jour ; essai que je renouvellerai dès cet automne. J'ai vingt et un  lapins en ce moment. J'ai vendu une paire de poulets (neuf francs la livre, vif), un lapin de trois mois vaut deux à trois francs. Ce sont les réfugiés, qui font augmenter ainsi la vie. Les maris arrivent, les usines ayant sauté (parait-il). On attend deux mille autres réfugiés pour La Réole dans des baraquements non terminés pour le moment."  


Le 23 mai 1940 : arrivée des premiers réfugiés belges (jusqu'au 25 : huit personnes à la maison) ; du 26 au 29 mai: six personnes.



23/05/1940, La Réole 


" … Nous suivons avec angoisse la marche rapide des événements, tout en conservant l'espoir certain du succès final. L'exode des Belges en auto ne cesse pas.

  Les betteraves à sucre sont les seules à avoir subi l'inondation sans trop de dommage. Je n'ai pu m'en rendre compte que de la route, car les terres sont encore trop mouillées pour que l'on puisse y pénétrer ; tout le reste est complètement perdu et il est tard pour semer du maïs, surtout que nous avons, quotidiennement, des orages depuis quelques jours.                                                                           

 Maintenant, si les Boches attaquent par la Suisse, n'attendez pas trop de vous sauver ; il est inutile de grossir le nombre des malheureux, qui sont restés là-bas. Mais comment partirez-vous ?  Qu'avez vous prévu ? Ici aussi, il court beaucoup de bobards, plus ou moins idiots. Nous sommes dotés d'une sirène que, de chez nous on perçoit peu, mais les alertes laissent tout le monde calme. Le moral est bon, la confiance règne.



Mai 1940, La Réole 

" Des milliers de Belges sont passés à La Réole. Depuis jeudi, nous en hébergeons (coucher, souper, petit déjeuner). J'en ai eu sept, huit, dix et même quatorze un soir. 

Depuis deux jours, le département du Lot et Garonne est fermé. Nous hébergeons une famille d’un tailleur à Dinan (qui connaissait le filleul de guerre de ma grand-mère pendant la première guerre mondiale !!) : ils sont cinq, dont un bébé de un mois et une grand mère de 81 ans. Ce sont des gens très bien et très délicats. Le monsieur travaille au jardin, les dames m'aident au ménage, lissage (repassage), couture. Ils sont si contents d'avoir un abri. Il vient de m'en arriver quatorze autres ; je vais essayer d'en caser à l'École d'Agriculture et à la petite métairie. Ils seront mieux que sur leur camion découvert.



  Souvenirs de maman :

 "Je m'étais portée bénévole pour accueillir, sur la place du Turon, les réfugiés, et d’en ramener à la maison. Parmi les premiers arrivés, un tailleur belge et sa famille sont venus dans une vieille voiture. Ils sont restés deux mois chez nous. Maman leur a cédé la cuisine, la petite salle à manger et deux chambres.      Deux officiers de l'armée marocaine ont aussi dormi deux-trois jours, leur troupe étant logée à l'École d'Agriculture. Ils nous ont raconté la débâcle".


 (EXTRAITS DU JOURNAL DE GUERRE 1939-1945 

d’une réfugiée à La Réole de 1940 à 45.)

(Récit en bleu)



13/06/1940

À 4 heures ½ , lever de toute la famille. Sur l'auto, trois matelas sont déposés, plus deux grosses valises. Nous nous entassons dans la voiture.

Et nous voilà sur les routes, ne sachant pas si nous pourrons atteindre notre but : La Réole, presque à l'autre bout de la France. Nous échappons à l'encombrement des routes, les heures du matin étant précieuses. Nous évitons Rennes et nous nous arrêtons à Redon. Puis direction Nantes, nous roulons facilement ; on nous donne même de l'essence sans bons et arrivons à Nantes à 3 heures. La Loire est franchie, ouf !

Nous logeons près de Cholet, dans un tout petit village où les réfugiés sont bien accueillis. Dans une ancienne école, sont aménagés des lits avec draps. Nous prenons un repas dans une vaste salle aux longues tables avec de nombreux dîneurs.

Satisfaits de la nuit, nous nous remettons en route, les autos sont plus nombreuses. Nous mangeons nos provisions dans un café au bord de la route.

Un gendarme nous arrête, il veut nous empêcher de continuer, Bordeaux étant embouteillé ; l'entrée de la Gironde est défendue. Malgré ses ordres, nous passons, mais sommes déviés, un peu plus loin, de la route nationale ; nous irons par Jonzac. Les derniers kilomètres nous semblent démesurément longs.

Nous avons, sans aucun accroc, franchi les centaines de kilomètres jusqu’à La Réole, chargés à bloc. 

On nous avait dit en route que les Allemands étaient à Paris ; nous n'avions pas voulu le croire, mais ce soir, Paris a été déclaré ville ouverte et ne sera pas défendu. Quelle honte pour notre pauvre pays ! Hitler à Paris !

Les troupes se sont battues depuis des jours pour aboutir à ce résultat ! Hitler, cet ancien peintre en bâtiment, ce raté, ce caporal de la guerre de 1914, cet homme qui a assassiné et fait disparaître tous ceux qui pouvait le gêner, cet homme dont l'ascension n'est qu'une suite de crimes, est à Paris !

Les communiqués donnent des nouvelles des armées françaises tenant héroïquement Reims, sans  jamais plus parler des Anglais, ou seulement pour quelques faits d'aviation. Quant à l'armée belge, elle n'est même pas mentionnée.

Dans notre voyage, nous avions remarqué le long des routes, étendus, des soldats belges et aussi des Polonais ; pourquoi ne les envoie-t-on pas se battre sur la Seine ? ]


Le 16 juin 1940 : arrivée des cousins lorrains avec quatre voisines et amies.


 Souvenirs :

  La cousine Anna avait conduit, depuis la Lorraine, la voiture de ses propriétaires, sur le toit de laquelle, étaient installés un vélo et un matelas, en cas de mitraillage par les avions ennemis ; l'autre voiture était conduite par son mari Robert emmenant avec lui deux épouses de vélivoles amis. 

    (Leur fils était pensionnaire au collège de La Réole depuis le début de l'année scolaire, pour être à l'abri des bombes tombant sur Nancy. Il était en sixième et très populaire auprès des demoiselles, car il avait toujours des bonbons, que lui envoyés sa grand-mère et qu’il distribuait généreusement. Robert était président d’un club de vol à voile lorrain)

    Robert devait se rendre à Bordeaux dans les plus brefs délais pour rejoindre son unité. Il régnait une belle pagaille à Bordeaux, du fait de l'arrivée récente du gouvernement français, réfugié en Aquitaine. Médecin, le cousin fut envoyé à Langon, dans un hôpital militaire ; il n'y resta que très peu de jours et dut évacuer ses malades à La Réole dans des bâtiments appartenant à l'église, à côté de l'école des filles, près de l'hôpital. Bientôt, il ne resta plus de malades et ainsi, libéré de ses obligations, il put rejoindre son épouse.

     (Mon grand-père lorrain fut mobilisé à Nancy, en 1940, en tant que lieutenant. Lors de la débâcle, il fut chargé d'évacuer les archives et le matériel de l'École Nationale des Eaux et Forêts. Il devait transférer plusieurs camions vers le Sud-Ouest. Lors du voyage, les machines à écrire qu'ils transportaient, furent jetées par dessus bord, afin d'embarquer des réfugiés, rencontrés en cours de route et s'échappant à pied devant l'avance allemande. Ils aboutirent à Biscarrosse. Voulant voir la mer, cachée par la dune, il se dirigea vers elle, quand il remarqua des sortes de poteaux dépassant de la dune. Intrigué, il se rapprocha et tomba sur des camions allemands de reconnaissance et de nombreux soldats. Les Allemands, surpris de voir un soldat français, lui dirent : "Que faites-vous là ? Partez vite, nous étions les premiers arrivés". Il n'insista pas et fila avec les camions sur Bordeaux. De là, il rejoignit La Réole avec un motocycliste. Il y retrouva d’autres "compatriotes" de l’Est.

    Un jour qu'ils étaient quinze personnes à table, ils virent passer devant la maison, un jeune abbé accompagné d'un groupe de jeunes. Ils venaient de Normandie et se dirigeaient vers Lourdes. Ils eurent droit à un bon repas chaud et consistant, à base de pâtes. Les jeunes dormirent dans le foin de la grange.)




         [  20/06/1940        

Nous assistons à la déroute de l'armée française ; nuit et jour, des autos descendent vers le sud : c'est un roulement ininterrompu - de 4 heures du matin à minuit ; des familles en fuite dans des voitures chargées, sur les pare-chocs desquelles, sont parfois accrochés des valises ou des vélos ; des camions militaires transportant des soldats ou encore des femmes et enfants, des vélos, des motos ; puis ce sont les canons mitrailleuses des avions... Tous ces gens sont fatigués, ont des mines épouvantables. Tout le long de La Réole, les oisifs sont assis, regardant et commentant les passages.

23/06/1940

Bordeaux a été bombardé et il y a beaucoup de dégâts. Les Bordelais, malgré l'ordre de ne plus évacuer, s’échappent en voiture, s'ajoutant aux files interminables qui descendent toujours vers le sud.

24/06/1940

Les Allemands sont à Royan et près de Saintes, ils arrivent. La Réole se défendra, n'étant pas ville ouverte (moins de 5000 habitants), que faire ? Depuis deux jours, nous hésitons. 

À 4 heures, nous entendons une femme crier dans la rue : "Les Boches sont à Duras". Nous aménageons la cave, si nous devons y chercher refuge. Je remets près des lits des enfants : chaussures, sacs à dos, manteaux chauds. Nous ne bougerons plus, quoiqu'il arrive. On luttera pour le grand pont sur la Garonne et ce sont peut être des obus français que nous recevrons ! La nuit se passe sans alerte.

25/06/1940

Cessation des hostilités, la guerre est finie. On ne se bat plus depuis cette nuit à 0 heure 35. 

26/06/1940

Le gouvernement quitte Bordeaux et l'on recommence à voir le défilé des voitures, mais maintenant dans les deux sens : les Bordelais rentrant chez eux et les réfugiés, dont de nombreux juifs, descendant au sud.

27/06/1940

Nous attendons avec anxiété la ligne exacte de démarcation.

Les journaux sont plein d'adresses de personnes cherchant à se retrouver ; cela dure depuis des jours.

28/06/1940 

Quel soulagement : nous sommes à 10 km de la ligne de démarcation en zone libre. ]


Le 28 juin 1940 : vingt huit réfugiés à la propriété.

Le 4 août 1940 : départ des trois cousins pour retourner chez eux en Lorraine (avec arrêt prolongé à Issoudun, car ils rencontrèrent des difficultés pour entrer en zone interdite).     [ 1er /07/1940

Nous sommes nombreux et tous ont bon appétit. La soupe se fait pour deux jours et nous en mangeons midi et soir. Nous avons trouvé assez de légumes dans le potager, haricots verts, salades, oignons, artichauts, ail que nous apprenons à aimer et c'est bien heureux, car les marchés sont bien peu fournis. Les revendeurs, les soldats raflent les maigres rations qui y sont apportées : on ne donne qu'un kilo de pommes de terre par personne, une seule livre de riz par famille, une petite boîte de sardine, etc. … Il faut que j'envoie les enfants, les unes après les autres, pour avoir des provisions un peu raisonnables.

            Le pain n'est pas rationné, mais il donne la diarrhée. La viande est abondante, on peut             même en avoir quotidiennement depuis huit jours (auparavant, existaient des                             restrictions - incohérence de l'administration) ! ]  ….

Rechercher dans ce blog