Guy Rapin m'a envoyé un guide de la ville de La Réole préfacé par Michèle Perrein Ce guide réalisé par Jean Pierre Tessier a été édité...

 Guy Rapin m'a envoyé un guide de la ville de La Réole préfacé par Michèle Perrein

Ce guide réalisé par Jean Pierre Tessier a été édité sous la mandature de Jean Pierre Astorgis, (entre 1978 et 1981 selon JP Tessier)

Lien vers des guides plus anciens : 1962        1930

Voici cette plaquette numérisée :



Ci-dessous le texte de Michèle Perrein retranscrit

    La Réole : ces deux mots font partie de mon premier vocabulaire comme les visages familiers, les trains, la Garonne fantasque, les marchés du samedi, ont fait partie de mes premières images, celles que je porterai, colporterai indéfiniment. 

La Réole, pour moi, a été le centre du monde avant de se réduire à un centre de gravité - mais est-ce réduction ?- ; c'était la ville capitale. 

J'ai appris que Réole ou Réoule était issue du latin « regula », règle liée au couvent des bénédictins qui a dû me donner pour toujours le sens de la beauté, de l'équilibre, le goût des nobles escaliers, fussent-ils gravis marche après marche en petites guêtres blanches. Sans doute aussi savais-je, en un lieu inconscient où je ne pouvais pas lire, que la règle serait règle personnelle à découvrir après avoir transgressé la règle imposée. C'est ainsi que se fabrique une vie. 

Il est difficile de parler de la ville qui vous a eue et qui vous a faite parce que, dans toute relation passionnelle, se mêlent la violence et l'amour. Il est impossible de dissocier sa ville natale de ses nerfs, de son sang. Elle est moi et je suis elle, j'en suis la propriétaire absolue comme j'en suis, à mon corps défendant, la propriété. 

J'aime son relief tourmenté et ses humbles ferronneries sur ses vieilles portes abandonnées. Je déteste qu'on la défigure. Je ferai corps avec l'auréole de ma Réole aussi longtemps que le monde qui se croit moderne n'aura pas tué son âme. 

C'est notre âme. 

Michèle Perrein








Je suis un peu surpris de l'oubli du quartier du Rouergue
dans la carte de la ville de La Réole !!





























Serge Lafon, Anne-Marie Ladevèze, Claude Gravaud, Oris Braga, Pierrette Clavière ( en clown ) Robert Carrillo, Pierre Giner, Jacques Laroque, Jacqueline Braga. (photo : Christo Laroque)





     « Vous ferez plus de cabrioles à Agen en un mois que dans dix ans à Bordeaux » écrivait Montesquieu dans une lettre à sa fille (Lettre...

    « Vous ferez plus de cabrioles à Agen en un mois que dans dix ans à Bordeaux » écrivait Montesquieu dans une lettre à sa fille (Lettres Persanes - 1721)
(La Réole est sur la Garonne à 85 kilomètres en amont d’ Agen).
La Réole, terre de joyeuses cabrioles.

    La Réole n’échappe pas à cette « autre règle ». La règle des petits plaisirs.
    Le séjour du Parlement de Bordeaux à La Réole ( pendant 40 ans au 17ème siècle : 1654 / 1678-1690 ) a amené avec lui les plaisirs coquins bordelais.
Il en restera sans doute quelques traces.
    La cité réolaise avait accueilli en son temps le fameux « escadron volant » de Catherine de Médicis au secours d'Henri IV. En route pour Nérac.
    Les nombreux couvents féminins n’étaient pas toujours en odeur de chasteté. Portugaises ou réolaises les religieuses ne sont pas à l’abri des tentations de la chair.
     Les mariniers du port réolais n’étaient pas en reste pour animer les tripots du port près de la Garonne.
    La chanson « Jean de la Réoule » en dit plus long qu’il n’y paraît.
La «Maristengo» lui répond avec malice. Il n’y a qu’à regarder les danses de la félibrée pour se rendre compte du goût prononcé pour la cabriole des danseuses dans les bras de leur vigoureux cavaliers.
    Les lieux coquins réolais naturels ne manquaient pas : des Jettins de la Garonne, près du Charros, aux fossés des Quat’sos en passant par les confessionnaux et autres processions. Les cafés du centre-ville tenaient à leur réputation. Les notables y venaient avec leur régulière. La périphérie était moins regardante. On dansait le rigodon dans bien des plaçottes.
    L’impasse des Galants n’a pas trouvé son nom par hasard. Le chapitre de St-Michel fournissait des clients assidus et discrets. Les occasions festives et musicales offraient des occasions faciles de retrouvailles. Les Agenaises venaient en excursion. Le bateau de négres venu d’Agen semant le trouble a contribué à la mise-à-mort des malheureux frères Faucher.
La Réole : ville de musique, ville de divertissements furtifs..ville de cinéma .. .
    En 1962, sur les indications de Molinaro Nikos Papatakis, patron de la Rose rouge à Paris et réalisateur de cinéma, vient à La Réole tourner une adaptation de  « Les Bonnes » de Jean Genet : les Abysses. Les deux sœurs Bergé, Colette et Francine, comédiennes, logent à l’Hôtel du Centre. Le tournage à lieu à Loubens dans le château des deux sœurs Mlles De Mallet.
Ces braves demoiselles très croyantes ignorent tout des Bonnes et de Jean Genet. Elles découvriront l’histoire à la première projection à Bordeaux où elles sont invitées. Horreur !
    Pendant le tournage, une des sœurs Bergé a un problème de santé (intestinal) que Parvaty Chavoix soigne. Une troisième sœur De Mallet est supérieure de religieuses. Ce tournage restera la tache d’huile sur le parchemin familial.

Souvenirs personnel :
* Ma mère et mon père se sont rencontrés sur les planches du patronage. Chacun jouait sa pièce de comédie. Les entre-actes donnaient à chacun l’occasion d’échanger des impressions artistiques et autres …
    Une trahison féminine ourdie par une camarade jalouse a accéléré leur mariage. La communauté paroissiale les absous du moment qu’ils convolent dans la ligne du droit chemin. Ma sœur puis moi sommes nés ! Heureux dénouement.

    Ville de patrimoine religieux, forcément ville de récréations secrètes. Sur ce sujet les historiens sont peu bavards. Nous n’avons que de vagues indications. Il faut s’appuyer sur des exemples de voisinage. 
    Sur le triste épisode de la Libération de 1944 où la vengeance sordide s’abat sur les malheureuses femmes tondues comme partout en France.
    Hélas, la Réole n’a pas échappé au phénomène dégradant. Des photos de ces malheureuses sont restées longtemps en vitrines de Saubat, exhibant des actes peu glorieux.

    Il n’y a pas de traces précises de bordels réolais.
Un temps, l’Hôtel Terminus, sur les quais, aujourd'hui disparu, avait une douteuse réputation.
En 1940 certaines rues avaient encore mauvaise côte parce que malfamées. La rue Lamar parallèle aux quais, avait côté port, des maisons à double entrées et sorties, très commodes pour des passages discrets des tavernes portuaires. 
    La rue de Argentiers où des femmes seules ouvraient leur porte à des âmes en peine au pied des remparts. Voisines d'artisans ferrailleurs.
    La statuette de Jean de la Réoule du haut de son piédestal du Turon se frise la moustache en souriant. Il sait bien des choses mais garde le secret.
    A l’heure du portable la drague gay se fait à la sortie de la ville vers Marmande sur la 113 à l’aire-de-repos du Flaütat (la flûte). Chaque bourgade à ses repaires. Chaque époque ses pratiques.
Les boîtes de nuits ont du mal à survivre. Chaque voiture a sa musique.
    Cabriole, ribouldingue, partouze, vont et viennent. Le cinéma s’en faisait une joie argumentaire pour les raconter. C’est un sujet épuisé. Le cinéma, lui-même s’épuise. L’écran réolais tangue tant bien que mal pour rester à flot.
    En milieu rural les municipalités liées à la pratique associative contrôlent les Centre de loisirs, les salons de massages deviennent Cabinets de relaxation. Restons correct !
    Aujourd’hui La Réole, ville de tourisme, de patrimoine redresse la tête après une longue traversée du désert. Des habitants ouvrent leur maison d’accueil en chambre d’hôte. Le plaisir dans le partage participe à l’évolution citoyenne.
    L’Europe ouvre grandes ses portes. Les divertissements s’adaptent forcément. Le virtuel frôle le réel. Même le X ne fait plus recette. La révolution culturelle est en marche et respectons la barrière sanitaire.
                            Michel Balans

Affiche de Toulouse Lautrec

Voici les liens vers tous les articles et les pages du Blog Cliquez sur le nom de l'article pour l'afficher Articles    - ...

Voici les liens vers tous les articles et les pages du Blog



Cliquez sur le nom de l'article pour l'afficher

Articles  
- 1900-2000_100ans de vie Réolaise        Reprise par le Réolais en 2000 d'articles de l'Union
À la une de Télérama                              L'article Télérama du 19 octobre 2019 sur La Réole
- Agenda-de-Jean-reolais-de-1864-1877    La vie d'un Réolais au 19°siècle
Almanach du Réolais de 1910                  Un almanach Vigouroux de 1910
Aviron S Réolais bientôt 140 an            Histoire du club de 1883 à 1983
Château des Quat'Sos : Pierre Laville      Des études et des tableaux de Pierre Laville
- Chroniques Réolaises..                             Par Christo Laroque
- Collège de la Réole 1941                         Palmarès du Collège en 1941                           
De drôles de poissons dans la Garonne ! Février 1963, les Lourmais nagent dans le froid
Des pompes …                                          Les pompes au coin des rues
- Edouard Molinaro                                     Une enfance réolaise, jamais oubliée !!
Films Pierre Tomas                                   Cinéaste amateur années 40-50  
- Films Pierre Tomas (2 nouveaux)             Kermesse école 1939    
Frankton 1942                                          1942, des commandos anglais à La Réole
- Francis Carretey                                        Peintre et coiffeur
Georges Lanoire, poète                            Une plaquette de 42 pages éditée en 1912 
Guide Illustré de La Réole                        Un guide édité en fin des années 30
- Guide Touristique La Réole  1962            Un guide touristique par les Amis du Vieux Réolais
- Guide Touristique La Réole 1980             
Un guide touristique 80
- Inondations 1930                                       Articles du journal L'Union  
- Inondations 1981- 2021                             Photos comparatives
- "Je me souviens"                                       Brefs souvenirs Réolais
Jodjana : de Yogiakarta à La Réole           Le père de Mme Chavoix-Jodjana à La Réole
La Réole 1977                                           Un film de 14 mn tourné par France 3 en 1977
La Réole ville marraine de guerre             En 1916 La Réole adopte un village bombardé
- Le Mois de l'Amitié 1964-1973                  Des étudiants du monde à La Réole
Le pont du Rouergue                                L'histoire des ponts du Rouergue
Les Cahiers de l'Entre-Deux-Mers            Une sélection des CEDM traitant de La Réole
Les Cahiers du Réolais                             Tous les 100 numéros des CDR de 1947 à 1974
- Nicole Petiteau : Libraire                           La fille de Pierre Petiteau, libraire reconnue
Ninou et le Volley-ball                               Une vie au bord de la Garonne
Photos aériennes de La Réole                 Les photos aériennes de l'IGN depuis 1930
Rouergue plage                                        Avant la piscine on se baignait dans la Garonne
Réolais Champion Olympique de Rugby  Pierre Petiteau aux JO de Anvers en 1920
- Rugby à XIII-années 50                            Deux films sur des finales de Rugby à XIII
Scope 1984 -  Vidéo de G. Monteil           Prix Jean d'Arcy du meilleur court-métrage
- Station Verte de vacances 1970               Depuis 1970, classée Station Verte
- Tripots et cabrioles à La Réole                 Vie cachée réolaise
Villa Cassinogilum                                    Villa de Charlemagne à Caudrot ? Brochure 36 p.

Pages 
Albums photos                                              Des photos par famille, activité, 
Inondations                                                   Photos et vidéos des inondations
Pourquoi ce blog ?                                   
Sites voisins


Si vous voyez des erreurs ou des documents  à compléter, merci de mettre un commentaire ou bien  me contacter 

     Grâce au financement de l'association VP2R* , la numérisation en HD des films de Pierre Tomas se poursuit. Le premier film de 13...

    Grâce au financement de l'association VP2R*, la numérisation en HD des films de Pierre Tomas se poursuit.

Le premier film de 13' concerne les kermesses des écoles réolaises.

Kermesses des écoles  Cliquer dans le lien pour voir le film

Film 9,5mm de Pierre Tomas-1939
Loterie : 0 -1'36 // Violonistes : 1'36 - 2'42 // Violette : 2'42 - 3'25 // Papillon : 3'25 - 4'16 //
Vent : 4'16 - 4'56 // Neige : 4'56 - 7'13 // Feu : 7'13 - 9'28 // Violettes et Papillons : 9'28 - 12'27
// Apothéose : 12'27 - 12'51 // Audition musicale : 12'51-13'32

Commentaires de Michel Balans :
- 0.33 = M. Dumestre ? -1.07 = la chorale dirigée par Mme Marchand (prof de chant) - 1.13 (en bas, à droite = Suzy Balans) - 1.59 = danse du Feu = au centre des trois = Suzy Lapeyre, future Lahy) - peut-être une sœur Rigoulet ? . 
Dans l'ensemble la base des chorégraphies sont sur deux types principaux :
- 1° la figure dite "sauvage" et 2° la figure dite "demi-sauvage"- un genou monte jusqu'à la poitrine tandis que la main descend du front jusqu'à la taille pour remonter jusqu'aux épaules. Le corps est plié à l'extrême ou détendu par un saut de cabri. Les bras arrondis en couronne et une jambe qui part en arrière. De face, de profil, en avant, en arrière. Les ensembles sont très "Isadora Duncan".
On reconnaît bien le style de la prof-chorégraphe Marcelle Larrieu puis Goletzinowski puis à cette époque : 
- Mme Cabane. Fille de musicien, son père était directeur de la Société Philharmonique, son oncle était compositeur, très musicienne elle-même. Professeur d'Éducation Physique au Cours Complémentaire de Filles de La Réole, dirigée par Mme Laborde.(école Marcel Grillon) 
-13'.12 - Audition - Direction ??-
- 12.14 - M. Mougenot, Clarinette - en bas, à droite : Marcelle Larrieu qui regarde l'orchestre.
- 13.26 - Violon : M. Merlin (le boucher, père de Pierrot, peintre).
 Le titre Kermesse indique un évènement qui représentait en plus des stands de bourriches, des numéros de danse figurants au spectacle de fin d'année présenté en salle, à l'Amicale Laïque dans des décors de Pierre Laville. (que j'ai vu) 
Les images de l'orchestre "L'Union musicale" sont très rares.
Quel dommage que le film de Pierre Tomas soit muet ! 
    Je me souviens encore de la musique d'accompagnement des danses jouée par l'Union musicale et, au piano par Mme Bonmati
    Le choix, l'adéquation des morceaux sélectionnés par Marcelle Larrieu  donnait le style,  l'énergie centrale de la chorégraphie. Il n'y avait pas encore de "33 tours" ni CD. 
    Elle déchiffrait tout en musicienne qu'elle était.
Pour la "danse du feu " (les trois flammes) = c'était la Danse macabre, de St-Saens. Il y avait également : le Vol du bourdon, de Rimsky Korsakov pour une autre danse. Il y avait encore : un  extrait de "Samson et Dalila : Voici le printemps
" de Saint-Saens, version piano. 
    Le talent de Marcelle était aussi d'adapter des figures difficiles en les simplifiant pour des jeunes enfants. 
    Remarquable spectacle dont je reste marqué plus de soixante-dix-ans après ! (Michel Balans)


Le second film de 13' également, concerne la drôle de guerre 

La drôle de guerre -1939-1940  Cliquer dans le lien pour voir le film


Film 9,5mm de Pierre Tomas-1939


Mo
ntmedy1940 0'20"- 7'12 
Lors de la Seconde Guerre mondiale, pendant la drôle de guerre, le poste de commandement de la 2e division légère de cavalerie du général André Berniquet s'établit à Montmédy (Lorraine)
Pierre Tomas 5'44-5'56 - Pierre Tomas en bidasse à Montmédy sur la ligne Maginot 
Toulon 1940  7'13 - 12'39 // La Réole labours -12'39-13'39

* VP2R : Valorisons le Patrimoine de La Réole et du Réolais

       " Je me souviens ". Le  livre de Georges Perec en 1978  pourrait être la devise de ce blog. Des souvenirs numérotés, brefs...

     "Je me souviens". Le  livre de Georges Perec en 1978  pourrait être la devise de ce blog.
Des souvenirs numérotés, brefs, et qui parlent à toute une génération.
    Je vous propose une version un peu plus longue avec possibilité de compléments si vous avez envie de rajouter des détails. J'attends vos souvenirs... réolais bien sûr 

11 - Les demoiselles du téléphone  (Suzy Labadens)

    Bien avant le smartphone et jusque vers 1970, le téléphone n'était pas automatique. Il fallait contacter un opérateur, qui souvent était une opératrice (ou standardiste).
    En composant le 0 sur son téléphone on était en contact avec l'opératrice qui vous connectait manuellement via une fiche avec votre interlocuteur.
    Les numéros de téléphone avaient juste 3 chiffres : pour téléphoner au lycée on demandait à l'opératrice le 15, pour la gendarmerie le 46 et le notaire Me Gravier avait le numéro 3 ! Qui avait le numéro 1 ? 


    Suzy Labadens née Sauvignon se souvient de l'équipe qui travaillait à la poste en 1955 : 
Surveillante : Mme Rabier
Opératrices : Mmes Meynier, Deloubes, Olivier, Bernard, Bahègne, Pistrin, Pareau (épouse de Marcou), Yéyé Delech, Jeannette Monteau, Renée Sage, Suzy Sauvignon, Mado Villatte 
Les nuits étaient assurées par Mr André Morillon
4 choix d'horaires de travail : 
9-12//14-18h ou 8-12//14-17h ou  7-12//19-21h ou12-19h
 
    En 1970 les numéros passent à 6 chiffres 610 indicatif de La Réole suivi de 015 pour le Lycée. 610 015
Le 25 octobre 1985 ajout du 56 pour la Gironde : 56 610 015
Le 18 octobre 1996 10 chiffres La zone 5, dont le préfixe est 05, correspond à la région sud-ouest, incluant les collectivités et territoires d'outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane) : 05 56 610 015 (c'est le numéro actuel du lycée !)
    Les standardistes ont donné lieu à sketches dans les années 60 :
Le 22 à Asnières de Fernand Raynaud est longtemps resté dans les mémoires...

10 - Les mains de Louis
(Michel Balans)

    Je me souviens de Louis Roche (1914-2001), un musicien artisan réolais. Cordonnier, pianiste, organiste, accordéoniste, bassiste, violoniste, artiste touche-à-tout, il a enseigné, fait chanter, fait danser la jeunesse de sa contrée pendant des lustres. Très jeune il a appris l’orgue du titulaire aveugle Claude Marchat sur l'instrument de tribune Stoltz de l’église puis sur l’orgue de chœur Commaille
    J’ai filmé Louis, surnommé ”Schubert” à deux reprises. Seul à la console de l’orgue de l’église St-Pierre en 1977 où il est resté soixante-dix ans et en figurant un artisan dans le court-métrage sur St-Abbon – Régulamore. 
     Lors de mes dix ans il m’a accompagné au piano dans mes solis sur la scène du Centre St-Jean Bosco. Dans la chorale paroissiale j’ai chanté sous sa direction.     Il m’a enseigné quelques rudiments de piano sans déclencher une passion pour la lecture musicale. Ma trop grande facilité à jouer d’oreille et à improviser m’ont découragé du solfège. 
    Le dimanche sitôt la messe de 10h terminée il partait vers d’autres musiques. Il jouait surtout de l’accordéon musette. 
Il «faisait les bals» du canton.
    Il a reçu la médaille du diocèse et celle de la ville de La Réole.
    Sa santé à la fin de sa vie a fait construire une cabine en verre au-dessus de la console d’une laideur remarquable pour le protéger du froid !
    Une cabine abribus néo-gothique. En 2000, j’ai réussi à la faire enlever. Elle n’avait plus de raison d’être. Ses partitions sont parties dans un camion à la déchetterie...
    Son élève et suppléante, Mlle Dupuy, a quitté la ville. Avec le projet « retour du Micot » une page s’est tournée. Une autre vie musicale résonne sous les voûtes de St-Pierre.
    Lous Réoulès danse toujours avec un autre accordéoniste.

Louis Roche, violon en main, embarquant pour la procession de l'Ascension, derrière Thérèse Nadeau présidente de Lous Réoulès et devant Colette de SaintDenis 
Cliquer ici pour voir l'extrait en entier (2")

    En 2021, Ville d’Art et d’Histoire la ville célèbre les mains du Patrimoine.
Louis aurait pu y figurer grâce aussi à l’organe indispensable : son oreille.
    Nous, à deux mains, pouvons encore l’applaudir. Côté musique sous les voûtes Vox Cantoris assure la relève vocale.


9 - Débuts journalistiques (Michel Laville)

En 1952, j'avais 13 ans et j'étais déjà un fidèle supporter de La Réole XIII.
Un jour, M. Lapeyre qui était dirigeant du club et aussi secrétaire de mairie, m'a demandé si j'aimerais faire des compte rendus de matches pour la presse locale.


Match de bienfaisance pour Turin après d’importantes inondations en Italie .
Debout de gauche à droite Labat (en civil ) Suspereguy (arbitre) ? Paul Lamaison- ?-Lhoste - Ducuing-Claude Bouilleau-Gimenez-Geay-Guiteriez-Pareau-Laffont-Rapin (Infos :Claude Henry)

    J'acceptais avec enthousiasme. A l'époque, La Réole jouait en division fédérale avec, en particulier, les équipes de Facture et, surtout, Lavardac qui était devenu une sorte d'ennemi héréditaire.
    Je n'ai été censuré qu'une fois, pour avoir décrit avec précision le coup de poing magistral qu'un pilier de mêlée réolais (il travaillait chez Larroze) avait asséné à son vis à vis de la première ligne. Parmi les joueurs de l'époque, je me souviens de Gimenez, Lamaison, Bouilleau, pour les trois quarts, Hausséguy, grand troisième ligne, et Cazaban demi de mêlée du genre feu follet qui venait de Grignols.
    Un jour, une équipe de l'Aude est venue à La Réole et le journal local n'ayant pas de correspondant m'a demandé d'assurer le reportage, et surtout de le communiquer le soir même par téléphone. Je suis donc allé dans la cabine du café du Turon ; pour envoyer mon reportage en PCV.
    Mes souvenirs s'arrêtent à la finale de 1953 que nous avons jouée et perdue à Tonneins contre Lavardac, et son maitre à jouer, l'implacable Bareteau.
     Le retour dans le car des supporters fut plutôt maussade ...

8 - Conduite légèrement accompagnée (Michel Laville)

    En 1955, j'avais 16 ans, mes parents ont acheté chez Couteilhas une onze chevaux Citroën de couleur noire, avec la roue de secours incorporée au coffre.
Mon père n'aimait pas conduire et rapidement ,je suis devenu le chauffeur de la famille dans ce qu'on appelait déjà la conduite accompagnée (Hum hum, la conduite accompagnée n'existe officiellement que depuis 1987 !!NDLR.).

    Nous sommes allés en particulier à Salies de Béarn, où mes jeunes frères faisaient une
cure.

     La cure avait lieu le matin, et l'après midi était consacrée à des ballades ; 
nous sommes beaucoup allés à Sauveterre de Béarn, mais aussi à Saint Jean de Luz
avec le cousin Alphonse Saint Guily, que nous avions retrouvé à l'occasion.
Avec cette voiture, nous sommes allés jusqu'à Lons le Saunier en 1958, pour le baptême
de mon neveu Olivier, aujourd'hui disparu.
Cette voiture a péri (et j'aurai pu périr avec elle) un soir d'octobre 59 : je rentrai de Bordeaux,
où je venais de passer un examen, et pour ramener un copain à Sauveterre,
nous étions passés par la rive droite.

    En arrivant à Camiran, je me suis endormi au volant, et après un demi tonneau, 
je me suis retrouvé assis dans les gravillons sur le bord droit de la route, cependant
que la voiture gisait sur le toit du côté gauche.
Le choc avait entrainé la chute d'un poteau électrique, d'où une panne de courant chez un
paysan qui était en train d'accrocher son tabac dans son séchoir.
Le brave homme, comprenant ma détresse, m'a finalement ramené chez moi à 3 heures
du matin où je suis arrivé assez penaud...

7- Les guirlandes du Rouergue (Alain Lamaison et Martine Alis-Richard)
Cette année encore la fête du Rouergue n'aura pas lieu...
    Je me souviens, dans les années 60, pour les fêtes du Rouergue, avoir fabriqué
les guirlandes qui décoraient les rues.


On se retrouvait dans le garage de chez Duzan à côté du café de Mme Doux, route d'Auros.     Je me rappelle des ficelles en sisal (qui servaient pour suspendre les manoques de tabac dans les séchoirs noir disséminés dans la campagne ?)
    Ensuite la colle à papier était préparés dans des boîtes de conserves ... Sur ces ficelles on collait des rectangles de papier (avec un côté triangulaire) de différentes couleurs qui venaient de chez Maumy. 
    Il y avait là tous les enfants du quartier. Ensuite les grands installaient les guirlandes entre deux poteaux ou accrochées aux murs depuis la Madone (limite Fontet) jusqu'en face de chez Crampes, la dernière ferme du Rouergue. 
    Quelques guirlandes étaient accrochées aux câbles du pont suspendu.
(Popaul Sauzet était le spécialiste des montées sur les câbles jusqu'au haut du pont et retour par l'autre série de câbles) 
    Aucun souvenir de la récupération !! Laissait-on les guirlandes de dégrader ?

6 -  Matinée théâtrale à Saint Jean Bosco (Michel Balans)

"Je me souviens" ...
à la vue d’un programme que m’adresse Alain Lamaison, titré :

Phalange réolaise  

Grand Concert  

le dimanche 14 avril 1920, à 15h. 

Salle du patronage. 5, 3, 2 francs.

J’y vois des noms de pièces, avec distributions, des titres de films, des noms de  participants.

    En effet ce programme très éclectique présente : la batterie fanfare, des jeunes, des comédies, du cinéma burlesque (américain ).
    Il est imprimé chez Fayaut ( par Marius Balans, sans doute ?).

    Mon père joue du tambour à la Batterie fanfare avec Raymond Cartier
    Je me pose la question sur le titre 2 : la Ronde des Fifis par les plus jeunes. ? ?
Les deux pièces mobilisent plus de dix acteurs. Cette salle sans balcon à l’époque peut donc présenter des spectacles et du cinéma. J’ai connu (en 1940) la salle avec balcon et au rez-de-chaussée, au fond, une estrade où se tenait le projecteur avant la construction de la cabine normalisée en 1946.
    Je ne connais pas l’auteur de la première pièce : Le Poulet, de Guillot de Saix.(Auteur dramatique, parisien, critique théâtral). Les acteurs sont Ciré, Roux, Pujol, Genet. S’agit-il de Jacquot Roux ? d’André Pujol ? De François Genet ? Certains jouent également au football-association .
    Le chanteur Espérandieu est sans doute le futur grand-père de Philippe Saujeon. On le retrouve dans la pièce de Courteline : “Un client sérieux”.
    Scène de tribunal avec ? Payou, Rapin ( Pierre ? ), ? Hamon, Henri Dubourdieu, son frère, Louis Dubourdieu, Jean Lanoire, André Pujol et ? Couture.
    La curiosité de cette matinée est la composition du programme, le mélange de pièces de théâtre et de projection de films. Les deux films sont dans le genre burlesque américain,
    Le thème du deuxième film, l’Aventurier, sera repris par Marcel Lherbier en 1934.
    Le programme est introduit par la Batterie-Fanfare. La Phalange réolaise présente ainsi ses activités masculines. Pas de nom de responsable. C’est le curé Maurice Larue qui est curé-archiprêtre avec l’abbé Commaney, vicaire. Qui dirige ? Est-ce au petit bonheur ?
    L’accompagnement musical du chanteur est-il Louis Roche ? Il joue déjà de l’orgue avec son professeur aveugle Claude Marchat.
    A un autre moment les jeunes filles de la paroisse avec leur groupe « les Enfants de Marie » font du théâtre avec un metteur-en-scène professionnel à la retraite, Jean Harlet (1), résidant avec sa femme à Fontet. Ma future mère Madeleine Penelle joue la comédie avec Geneviève Giresse, Rose Cocut, etc.
    La scène sera mieux équipée techniquement en 1946 avec l’abbé Grenié.
    A mon tour, en 1946-47 je chante et joue la comédie dans des opérettes écrites par les parents d’André Grenié, sur des musiques populaires. ”Le Prince Colibri” sur l’air de Compère Guillerie, par exemple.
    Je chante en duo avec Jean Rapin ou en solo: “Oh ! Nuit“ de Rameau, ou « le chant du prisonnier ». Michel Vidal chante ; Pierre Cazalas chante. Il joue dans les films, 9,5m/m, de Doudou Molinaro
    Cette salle de théâtre et de cinéma a une histoire riche en évènements culturels sur une très longue période (1920-1950).
(1) Monsieur Jean Harley (avec un y) son nom d'artiste, nom de famille : Louis Saujeon, (2 juillet 1885 à Pessac, mourut paisiblement à Fontet le 9 Avril 1961). il se disait "Poète en sabots"; oncle de Philippe Saujeon, mari d'Eugénie Laurence Champmas dite Ena Harley-Information Anne Laborde


5 - Ils ont marché sur la lune (Alain Lamaison)

    Le 20 juillet 1969, l'aéro-club Réolais organisait un grand meeting aérien dont la touche finale devait être un saut en parachute en nocturne. Pierre Berson, gérant l'entreprise de travail aérien Les Visiteurs du Ciel,  basée à l'aéro-club, m'a proposé de l'accompagner pour ramener la voiture à la Réole.


C'est Michel Le Collen qui pilotait son Cessna 172 et je pris place dans l'avion dont une porte était enlevée pour permettre le saut.

1960, le pilote pianote sur toute la gamme des appareils photographiques : couleur, noir et blanc ou cartographie, dans son Cessna 172, aux couleurs de notre journal. PHOTO M. LE COLLEN © Crédit photo : Michel Le Collen

    Nous avons traversé le hall de l'aéroport de Mérignac, Pierre équipé en parachutiste au milieu des passager attendant leur vol.

    Décollage sur la grande piste, vol de nuit, disparition du parachutiste dans le noir au dessus de l'aérodrome la Réole-Floudès, avion  Mérignac, voiture La Réole.

    A 4h du matin nous étions un petit groupe à l'aéro-club, en train de regarder Neil Amstrong faire le premier pas sur la Lune ; je me souviens m'être gavé d'Esquimos Miko car le congélateur était tombé en panne... Wikipedia :

Eagle atterrit à 20 h 17 min 40 s UTC le dimanche 20 juillet 1969, 

Neil Armstrong effectue le premier pas sur la Lune le lundi 21 juillet 1969 à 2 h 56 min 20 s UTC (3 h 56 min 20 s heure française).

    Pendant que Neil restait bloqué dans sa boîte de conserve, j'avais eu le temps de faire tout cela et lui a dû surement attendre une bonne semaine pour manger un Esquimo.



4 - Incendie maison Vinemey un soir d'août dans les années 1950 (Jean Marc Patient)

    Je me souviens de cet incendie assez proche de chez ma grand-mère Thérèse Beylard chez laquelle nous passions nos vacances avec ma famille. Je ne peux préciser l'année.... je suppose dans le milieu des années 1950 (entre 1954 et 1957, je dirai) un soir d'été, où tout le monde dans les rues faisaient la veillée, chacun amenant sa chaise..... les enfants (dont j'étais) en profitant pour s'amuser sans trop s'éloigner....     Rarement la sirène venait troubler la relative quiétude de la ville, parfois un seul coup (feu de cheminée), plus souvent 2 coups (incendie en campagne) et rarement 4 coups (incendie en ville)


    Il devait être aux alentours de 21h-22h (attention à l'heure de l'époque, soit l' heure d'hiver de maintenant) et il faisait déjà nuit.
Donc 4 coups de sirène et tout le monde aux aguets..... Une odeur encore lointaine de brûlé arrive jusqu'à la rue Doumer au coin du chemin de Ronde.... il n'en fallait pas plus pour que les enfants, moi y compris, aillent fureter pour découvrir cet incendie... remontant la rue du Docteur Rougier... accompagnés d'autres curieux...pour prendre la rue du Midi et déboucher derrière chez BONNAC et découvrir enfin le sinistre !.... 

    C'était la maison de Mr VINEMEY, photographe, au coin de la rue du Midi et de la rue Orcibal qui brûlait!....  De la fenêtre en haut de la maison sortaient des flammes très actives... Je suppose que chez un photographe, on doit trouver hélas beaucoup de substances particulièrement inflammables.
    Les pompiers étaient déjà sur les lieux au milieu de curieux de plus en plus nombreux....ce qui ne devait pas faciliter leur travail....
    D'après mes souvenirs d'enfant, mais cela demande à être confirmé, je crois me rappeler que les pompiers de La Réole n'avaient pas de voiture citerne mais seulement un camion tractant une motopompe. 
    Donc beaucoup de monde dans ces petites rues étroites. J'ai entendu des personnes dire que les pompiers avaient du mal pour avoir de l'eau en quantité, que les prises d'eau fonctionnaient mal... 
    Je suis resté un moment puis je suis revenu vers chez ma grand-mère pour les informer de ce que nous avions vu et entendu, quitte à aller faire plusieurs visites jusqu'au lieu de l'incendie…
    Peu après nous avons vu arriver quelques pompiers déroulant des tuyaux de la rue Orcibal jusqu'aux cuves de la SNCF afin de s'y alimenter en eau après avoir demandé l'autorisation du chef de gare. Ces cuves étaient situées sur un monticule dominant à la fois le chemin de Ronde, la sortie du tunnel et la gare.

         Le tuyau posé à même le sol traversait le chemin de Ronde au droit de la rue Doumer et un pompier était posté là pour empêcher la circulation automobile, car l'avenue de la Victoire et le chemin de Ronde supportaient le trafic, pas très important, de la N113 dans le sens vers Agen à cette époque.      Les pompiers sont venus à bout de l'incendie....et peu à peu, chacun est rentré chez soi.... Je dois dire qu'une fois couchés, mon frère et moi nous guettions le moindre bruit dans la crainte d'un éventuel incendie avant de nous endormir paisiblement.     Pour en revenir à ces cuves, dans le quartier de la rue Paul Doumer-chemin de Ronde-tunnel côté gare, nous les enfants, nous les connaissions bien car elles faisaient partie de notre terrain de jeu, nous servant à l'occasion de "cabane ou d'abri". On pouvait s'y faufiler dessous, étant posées sur des supports en béton. Ces cuves ont sans doute été supprimées fin années 1960-début années 1970, du fait de l'abandon de la traction à vapeur des trains entre 1965 et 1971.     D'ailleurs, je crois me souvenir que Michèle PERREIN a fait mention de ces cuves en évoquant sa jeunesse dans un de ses livres, mais c'est à vérifier, et si oui, savoir quel est le nom de cet ouvrage ?

1 - Gendarmes en prison (Michèle Lyzée épouse Chevillot)

    Mon père René Lyzée venait d’être muté de la Réunion à la gendarmerie de La Réole. La rigueur de l’hiver 1956 a fait que les canalisations d’eau de la gendarmerie ont été gelées. Nous avons emménagé pendant les travaux dans l'ancienne prison …     J’ai en mémoire une grande pièce à droite en rentrant qui nous servait de chambre, mes parents avaient tendu des draps entre murs pour créer 2 espaces et avoir un peu d’intimité … Je faisais du vélo dans le hall qui donnait accès aux geôles… qui étaient fermées…     Nous arrivions de La Réunion et n’avions pas d’équipement pour la neige… C’est dans les bottes de ma mère que je déambulais ...les chaussettes de mon père permettaient de les adapter à ma pointure. Nous étions la seule famille logée à la prison..

Mme Lyzée devant la prison

Commentaires de Yves Vallier     J'ai bien connu Michelle Lyzée lorsqu'elle est arrivée à la gendarmerie de La Réole.     Michelle est arrivée l'année du terrible hiver avec 1 mètre de neige dans les rues, les canalisations d'eaux avaient gelées et les pompiers passaient tous les matins pour nous livrer de l'eau, nos parents faisaient la queue avec des bassines et des bidons de fortune, il n'y avait pas de bidons en plastique comme aujourd'hui. Il n'y avait pas d'isolation sur les tuyaux d'eau à cette époque.     Au printemps 1956 il y a eu la réorganisation de tout l'intérieur des appartements de la Gendarmerie, les travaux ont été réalisés par la jeune entreprise Grigoletto.     Dans la caserne il y a avait 10 familles à cette époque, parmi les enfants que nous étions il y avait plus de filles que de garçons. Annie et Mady Lalanne, Mireille Broux, Françoise Ménard, Christiane Vaillier, Michelle Lyzée, Michelle Fradon, Chantal Niaussat etc... et notre voisine Michelle Meynier.     Pour les garçons, Yves Vaillier, Alain Mille, Raymond Vaillier, et notre voisin Jean-François Meynier, Christian Meynier.     Nous faisions du vélo avec les enfants de la gendarmerie autour de la place Albert Rigoulet et dans le couloir de la sous-préfecture qui était notre lieux de jeux préféré à cette époque.             Puis en quelques années, les parents ont été mutés déménagé de la caserne et la vie à fait que nous ne nous sommes plus revus.


2 - La Télévision arrive au Mirail (Jean Marc Patient)

    Je me souviens de l'expérience du fils Coutheillas qui avait réussi à capter la télévision à partir de l'émetteur de Bourges.     L'antenne était installée au point haut du Mirail à côté d'une ferme et la difficulté de captation faisait que la qualité des émissions reçues était pour le moins incertaine, compte tenu de la distance entre l'émetteur de Neuvy les 2 clochers et La Réole (360 km à vol d'oiseau contre 155 km entre La Réole et le Pic du Midi).     Il faut donc saluer cet exploit du fils Coutheillas surtout avec les matériels de l'époque et les moyens à sa disposition !...



    Je situerai cet essai de télévision au Mirail de préférence en fin juillet-août 1956 le soir (les programmes débutaient en général le soir vers 18h30). Il faisait encore jour, ce qui exclue septembre car il faisait nuit à 20h à partir de début septembre à cette l'époque. 
    
    Les émetteurs de télévision concernés ont été mis en service :
19/05/56 = Bourges (Neuvy les 2 clochers)
14/09/57 = Pic du Midi
Décembre /57 = Bordeaux-Bouliac  
    Il est possible que ce soit l'année suivante en juillet-août 1957 juste avant la mise en service de l'émetteur du Pic du Midi, mais je penche plutôt pour 1956..     

    J'y étais allé en vélo avec Michel Beyssac le fils de Jean et petit fils de Marcel Petiteau. 
Il y avait bien une centaine de personnes assises dans l'herbe sur un petit monticule dominant très légèrement la ferme devant laquelle le poste de télévision avait été installé par le fils Coutheillas. 
    Regardant la télévision depuis avril 1955 en région parisienne, je pouvais "faire l'intéressant" en donnant des explications sur les programmes, speakerine et présentateurs de la télévision, que la quasi totalité des réolais ne connaissaient pas....

3 - Vaccinodrome Réolais en 1950 (Yves Vaillier)
    Je me souviens des vaccinations à l'école primaire au milieu des années 50.

    Cela se déroulait directement dans les classes, les élèves n'étaient pas prévenus de l'arrivée de Mademoiselle Croizé ancienne infirmière militaire qui entrait énergiquement dans la classe, tout le monde se levait, on étaient tous terrorisés à son arrivée, elle avait un langage militaire fort et prenait tout de suite la parole,'' mettez vous contre le mur, quittez votre blouse grise (école des garçons, les écoles n'étaient pas mixtes dans les années 50) relevez vos manches et avancez''.
    Elle avait une coupelle en émail et en forme de haricot dans laquelle se trouvaient des plumes métalliques.
École Primaire La Réole 1954
Photo : École Primaire La Réole 1954
Haut  : ?, J.François Meynier, ?, Jacky Grollier, Lassere, ?, ?
Milieu : Laquini, Para, Lescombe, Christian Henry ,?, ? , Pigot, Béziade.
Bas  : Yves Vaillier,?, Berton, Christian Raténi,?, Dariet, Bernard Lataste


    On passaient les uns derrière les autres en serrant les dents, elle prenait une plume et crac, crac, deux scarifications sur l'épaule et au suivant, 70 ans plus tard nous avons toujours des traces sur l'épaule de cette opération. Il n'y avait pas de câlin à la sortie, nos parents n'étaient pas sur le terrain.
    Ouf c'est terminé, on retournait se rhabiller à sa place ; je n'ai jamais vu l'un d'entre nous tomber dans les pommes.
    Nous étions soulagés quant on la voyait partir en remontant dans sa 2CV Citroën.





Rechercher dans ce blog